LE FORUM VIOLET



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 je ne supporte plus les pleurs de mon bébé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Nanoue
Vachement fan de Marcel


Nombre de messages : 5121
Age : 37
Date d'inscription : 31/05/2006

MessageSujet: je ne supporte plus les pleurs de mon bébé   Mar 21 Oct 2008, 17:40

je me permets de transférer ce post ici car il est important, et il décrit une sitiuation relativement courante lors des premiers mois de bébé. j'ai rajouté au titre de manière à ce qu'on lui puisse le retrouver par la fonction "rechercher". véro-modo.


j'en suis au bord, il y a des jours comme ça. zhom appelle Louison le timbre post parce qu'il est toujours collé à nous mais c'était Etienne aujourd'hui. on a passé une mauvaise nuit (pourtant Etienne n'a pas beaucoup tt mais il a été éveillé plus d'une heure).

depuis hier soir il est trèèèèèèès agité au sein. je ne comprends pas je le pensais en pic de croissance plutôt ce week end, hier ça allait mieux il avait espacé les tt mais aujourd'hui je ne comprend plus. grande agitation au sein, donc du coup des régurgitations entre les tt, puis il n'a pas voulu dormir ailleurs que sur moi (en position d'allaitement avec mon petit doigt dans la bouche). j'ai cru que j'avais une baisse de lactation due à ma fatigue donc j'ai pris 3gr de ricinus et là je suis à la limite de l'engorgement sur le sein gauche parce qu'il a peu tt.

du coup moi je n'ai pas dormi de la journée et j'ai fini par avoir des vertiges. je me suis allongée dans le lit du bureau avec Etienne pour que Louison puisse jouer à côté de nous. ce n'est déjà pas évident d'entendre Etienne pleurer toute la journée pour Lou(je ne supporte plus ses pleurs et je m'en veux de ne pas comprendre ce qu'il a). Louison a même fait pipi dans sa culotte en essayant de faire seul aux toilettes parce que je n'ai pas pu me lever. j'avais trop peur de m'écrouler avant que zhom arrive affraid affraid

je culpabilise de ne plus supporter les pleurs d'Etienne, de ne pas réussir à passer ma journée à le bercer mais dès qu'il pleure c'est physiologique ça me rappelle ces journées d'horreur dues aux coliques.
parfois j'ai même l'impression de ne pas l'aimer autant que son frère. parfois même je le déteste de nous faire vivre cet enfer de manque de sommeil puis quand ça va mieux je m'en veux de penser ça. je n'arrive pas non plus à dire les choses à Etienne comme je les dit à Louison. j'ai le sentiment qu'avec Etienne, le lien ne s'est pas créer comme il aurait du à la naissance pour cause de déménagement et mariage.

c'est peut être dur ce que je dis mais c'est pourtant la réalité de mes sentiments. j'essaie de m'ouvrir à lui le plus possible mais des jours comme aujourd'hui je n'y arrive pas, d'autant que j'ai plus de mal à contrôler mes crise de nerf (j'y travaille depuis longtemps en utilisant la cnv....... et ça marche plutôt bien d'habitude)

j'en ai fait une tartine désolée mais il fallait que je vide mon sac pour éclaircir mon esprit
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: je ne supporte plus les pleurs de mon bébé   Mar 21 Oct 2008, 17:58

Ne culpabilise pas : il faut dire les choses telles que tu les sens. S'exprimer c'est déjà chercher des explications pour trouver des solutions.
Revenir en haut Aller en bas
Laurence
super détective


Nombre de messages : 16591
Age : 38
Date d'inscription : 24/07/2005

MessageSujet: Re: je ne supporte plus les pleurs de mon bébé   Mar 21 Oct 2008, 18:20

j'ai pas le temps là car c'est pas top ce soir à la maison (moi, c'est avec Julie des soucis et je culpabilise aussi !)

je peux juste te dire que je pense bien à toi et que je reviendrai relire tout à l'heure pour mieux te répondre
Revenir en haut Aller en bas
Nanoue
Vachement fan de Marcel


Nombre de messages : 5121
Age : 37
Date d'inscription : 31/05/2006

MessageSujet: Re: je ne supporte plus les pleurs de mon bébé   Mar 21 Oct 2008, 18:59

Laurence ne t'inquiètes je comprends et je sais ce que c'est. Louison était exactement comme ça au moment du déménagement quand on avait moins de temps à lui accorder bisous bisous
Revenir en haut Aller en bas
orlynet
Marchande de sable


Nombre de messages : 14026
Age : 41
Date d'inscription : 03/11/2005

MessageSujet: Re: je ne supporte plus les pleurs de mon bébé   Mar 21 Oct 2008, 19:15

Ne culpabilise pas Anne !!! Tu en parles, tu ne te voiles pas la face c'est déjà la preuve que tu es justement à l'écoute de tes sentiments et de ceux de tes loulous...
J'ai connu aussi ce passage de GRANDE culpabilité envers Zélie, mais moi ct parce que j'avais l'impression de ne pas assez m'occuper d'elle et ça a durer au moins 5 bons mois, ct horrible..
et puis ça s'est tassé du jour où je me suis dit que je ne pouvais pas me dédoubler, que je faisais du mieux que je pouvais avec les moyens (fatigue, disponibilité...) que j'avais...
Tu es fatiguée en ce moment, c'est normal que tu aies du mal à tout supporter...
Je ne sais pas quoi te dire si ce n'est que j'espère que ça t'a soulagé d'en parler... DECULPABILISE !!!!!!! Tu ne peux pas tout comprendre, ça va venir...
Revenir en haut Aller en bas
http://orlinette.spaces.live.com/
petitesouris
Purple Rose


Nombre de messages : 4583
Age : 42
Date d'inscription : 11/04/2006

MessageSujet: Re: je ne supporte plus les pleurs de mon bébé   Mar 21 Oct 2008, 19:23

Ne culpabilise pas! c'est normal de se sentir à bout et impuissant parfois. Tu es fatiguée, épuisée par rapport à la demande de ton bout de choux, un peu perdue...Il le sent et se calque sur toi! Parle lui de ce que tu ressens...et essaie de te reposer, sortir un peu aussi peut aider à prendre du recul.

C'est juste peut être quelque chose que tu as mangé qui le derange, il couve peut être un rhume. Ce n'est pas ta faute. Il y a surement quelque chose d'extérieur qui le gene.


Et ici aussi c'est pas top! Entre moi qui ne dort pas, Lison qui bouge tout le temps, et Rose qui nous dit quelquechose à travers un comportement insolent, des bêtises, et une humeur grognon tout le temps. Parfois même on sent qu'elle se renferme...et forcément je culpabilise car je suis sur les nerfs et je ne supporte plus rien...
C'est des cris pour un rien! On dirait ma mère...
Revenir en haut Aller en bas
Annem
Fée des granules


Nombre de messages : 12920
Age : 47
Date d'inscription : 11/03/2005

MessageSujet: Re: je ne supporte plus les pleurs de mon bébé   Mar 21 Oct 2008, 19:25

je vais faire court parce qu'on en passe toutes par là et qu'on pourrait en dire des kms que ça ne t'aiderait pas plus : tu es simplement en train de devenir la mère de 2 enfants. avec le premier tout semble compliqué mais pourtant, c'est quand le 2e arrive qu'on se rend compte à quel point ça pouvait être simple avant. on est vite débordée, paniquée, on culpabilise, on s'en veut, on en veut aux enfants, au mari, puis au monde entier, on a l'impression qu'on en va jamais y arriver et qu'on est sans cesse au bord des larmes et au bord du point de rupture... ben oui, c'est ça devenir mère de plusieurs enfants. je te rassure anne, on en passe quasiment toutes par là, mais ça passe. c'est une période qui dure plus ou moins longtemps mais qui me semble inévitable et surtout très formatrice pour notre rôle de maman. alors ne la prends pas comme une lutte, lâche prise le plus possible sur plein de trucs, crie un bon coup dehors quand tu en as besoin, passe le relais à zhom et prend un bain quand tu le peux, passe-toi les poignets sous l'eau fraîche quand tu sens que tu vas péter un câble, va courir 200 ou 300m, bref, trouve-toi ta soupape d'urgence de sécurité et dans quelques temps, ça te semblera plus facile. bisous

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
delphine
Violette for ever


Nombre de messages : 3168
Age : 45
Date d'inscription : 14/09/2005

MessageSujet: Re: je ne supporte plus les pleurs de mon bébé   Mar 21 Oct 2008, 19:27

je pense bien à toi aussi, surtout aujourd'hui que je n'ai pas pu poser Naïs 1 seule fois pale , elle pleure, se tord, a des selles vertes, donc j'ai pensé à ton calvaire....je suis sûre qu'avec le recul, quand tout ça sera derrière toi, tu oublieras vite ces sentiments confus. Mais il faut avouer que le manque de sommeil, la fatigue, le fait de ne rien pouvoir faire car on les mains occupées, les choses s'accumulent, le stress nous gagne....l'énervement, je pense que c'est humain. Il faut avouer qu'un nouveau-né, ça peut-être très usant, déroutant, ces pleurs que l'on ne comprend pas toujours...Ca me rappelle un post où l'une d'entre nous se demandait si elle avait envie d'un petit 3ème, je crois que c'était Marion. Moi je crois qu'il faut vraiment en avoir envie, car je crois que c'est ça aussi qui nous aide à supporter toute cette fatigue, les nerfs à fleur de peau...Allez, tu verras, c'est un moment difficile, ça ne va pas durer bisous
Ici aussi c'est un peu pareil, les grandes sont un peu livrées à elles même, quand enfin Naïs dort, ben je stresse qu'elles fassent trop de bruit et la réveillent, vu le temps que j'ai passé à essayer de l'endormir I don't want that
Ca ne va pas te consoler ni te soulager de ta peine, mais sache que tu n'es pas seule à vivre des choses un peu difficile en ce moment bisous Good
Revenir en haut Aller en bas
delphine
Violette for ever


Nombre de messages : 3168
Age : 45
Date d'inscription : 14/09/2005

MessageSujet: Re: je ne supporte plus les pleurs de mon bébé   Mar 21 Oct 2008, 19:35

annem a écrit:
je vais faire court parce qu'on en passe toutes par là et qu'on pourrait en dire des kms que ça ne t'aiderait pas plus : tu es simplement en train de devenir la mère de 2 enfants. avec le premier tout semble compliqué mais pourtant, c'est quand le 2e arrive qu'on se rend compte à quel point ça pouvait être simple avant. on est vite débordée, paniquée, on culpabilise, on s'en veut, on en veut aux enfants, au mari, puis au monde entier, on a l'impression qu'on en va jamais y arriver et qu'on est sans cesse au bord des larmes et au bord du point de rupture... ben oui, c'est ça devenir mère de plusieurs enfants. je te rassure anne, on en passe quasiment toutes par là, mais ça passe. c'est une période qui dure plus ou moins longtemps mais qui me semble inévitable et surtout très formatrice pour notre rôle de maman. alors ne la prends pas comme une lutte, lâche prise le plus possible sur plein de trucs, crie un bon coup dehors quand tu en as besoin, passe le relais à zhom et prend un bain quand tu le peux, passe-toi les poignets sous l'eau fraîche quand tu sens que tu vas péter un câble, va courir 200 ou 300m, bref, trouve-toi ta soupape d'urgence de sécurité et dans quelques temps, ça te semblera plus facile. bisous

c'est exactement ça, et je suis une récidiviste tongue
c'est dommage que ce soit l'arrivée d'un autre enfant qui nous fasse prendre conscience que finallement, tout était simple avant, et que l'on n'en a pas assez profité, que l'on se faisait un monde de pas grand chose au fond
Revenir en haut Aller en bas
Blandine
Violette absolue


Nombre de messages : 9323
Age : 37
Date d'inscription : 11/03/2005

MessageSujet: Re: je ne supporte plus les pleurs de mon bébé   Mar 21 Oct 2008, 19:45

Que je te comprends pour être passée par là il y a qqs mois . Comme l'ont dit les autres, déjà tu as conscience que ça va pas, que tu n'en peux plus. A toi maintenant de savoir passer le relai quand tu sens la crise arriver. Rappelle toi que tout ça ne va pas durer, Etienne finira par mieux dormir, par mieux se calmer tout seul etc. Et puis Louison va grandir, il sera de plus en plus autonome. Ce que je veux te dire, c'est tiens bon, ça va passer.
J'ai aussi eu l'impression d'aimer différemment Alexis (pas de moins l'aimer) parce qu'il me bouffait dans les 2 sens du terme ... et que je n'arrivais pas à gérer ET Alexis ET Déborah..
Bon courage Anne !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: je ne supporte plus les pleurs de mon bébé   Mar 21 Oct 2008, 21:03

je pense que tu as un GRAND besoin de prendre soin de toi

chez nous adam ne dort pas non plus sauf que j'ai demandé à zhom de s'occuper de adam la nuit tout ça pour preserver mon capital patience il me le raméne tt et une fois finit il s'en va
je l'ai plus dur maintenant que quand je travaillais

si je dois me lever en pleine nuit fatigue + les 2 enfants qui sont en constante solicitation toute la journée tu pétes un cable
je te parles de ça car y a pas de miracle tu n'est pas super maman ne culpabilise pas tu es comme tout le monde UNE MAMAN QUI FAIT DE SON MIEUX

on a besoin de dormir pour être en forme et gérer les situations

à partir de là comme etienne est encore petit tu fais de ton mieux je t'assure

courage anne bisous
si tu recherches bien dans les archives on a toutes à un moment ou un autre exprimer un "ahhhhhh j'en peux plus"
Revenir en haut Aller en bas
Tanaquil
Reine de la culotte fantôme


Nombre de messages : 2799
Age : 45
Date d'inscription : 28/06/2005

MessageSujet: Re: je ne supporte plus les pleurs de mon bébé   Mar 21 Oct 2008, 21:20

tout a déjà été dit et bien dit ce ptit mot pour t'assurer de mon soutien et te bisouiller !
accorde toi 5 mns à TOI : écoute TA chanson ou un truc de ce genre, moi ça m'aidait quand j'étais au bord du gouffre de fatigue + pleurs + ainée en crise etc

courage ! et t'as bien fait de vider ton sac !
bisous
Revenir en haut Aller en bas
http://www.alabridansmachambre.com
Isabelle
Violette accro


Nombre de messages : 1537
Age : 43
Date d'inscription : 05/06/2008

MessageSujet: Re: je ne supporte plus les pleurs de mon bébé   Mar 21 Oct 2008, 21:56

Oh oui, je te comprends, tout a déjà été dit et bien dit (Annem, c'est tout à fait ça), et pourtant, c'est à chacune de trouver sa manière de le vivre. Moi quand on me dit "prends du temps pour toi", ça me fait tourner les talons, ça ressemble à ça, mais ce n'est pas ça qui me fait du bien, c'est juste de ne pas avoir à répondre à tout le monde tout le temps et de réparer la mauvaise humeur de chacun. Tu vas trouver !!!

Bon courage, tu souriras en regardant en arrière bientôt. Et puis, Etienne est un autre petit personnage, le lien existe, vous allez vous trouver !
Revenir en haut Aller en bas
Laurence
super détective


Nombre de messages : 16591
Age : 38
Date d'inscription : 24/07/2005

MessageSujet: Re: je ne supporte plus les pleurs de mon bébé   Mar 21 Oct 2008, 22:25

je reviens très tard, mais les réunions de Christophe ont été mouvementées, et le temps qu'il rentre et me raconte ...
petitesouris a écrit:
sortir un peu aussi peut aider à prendre du recul.
je me tâtais pour demain, maintenant, plus d'hésitations, demain nous allons tous les 4 (ou 5 si ton homme veut venir) à la ludothèque, ça fera du bien aux grands et aux mamans !!
jeudi la conférence et samedi on fait la fête, ça va te faire du bien tout ça
d'ailleurs si tu veux vendredi matin, je peux venir t'aider à cuisiner et papoter
Anne, ne doute pas de toi
tu es à bout et ça se comprend, maintenant il faut trouver une solution pour bouger les choses et le post de ce soir est le point de départ de ce changement
pour ce qui est de ton amour pour Etienne, ne t'inquiète pas, il est là mais il faut qu'il trouve sa place, se pose, grandisse; il y a eu bcp de bouleversements dans votre vie depuis sa naissance, normal que ça fasse trop pour toi à un moment donné, et puis le fait de ne pas avoir de voiture est j'en suis sûre un factuer agravant
trouvez-une absolument pdt les vacances, ça te fera le plus grand bien
rien que de te sentir plus libre, t'aidera, j'en suis sûre
tu ne seras pas tout le temps à te demander comment tu vas faire, à attendre que zhom rentre du taf ...
bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous


petitesouris a écrit:
Rose qui nous dit quelquechose à travers un comportement insolent, des bêtises, et une humeur grognon tout le temps. Parfois même on sent qu'elle se renferme...et forcément je culpabilise car je suis sur les nerfs et je ne supporte plus rien...
C'est des cris pour un rien! On dirait ma mère...
on croirait moi en ce moment et ça ne me plaît pas du tout non plus
on est en train d'essayer de faire bouger les choses mais je suis contente car ce soir après les pleurs elle a parlé, elle m'a dit qu'il n'y avait pas de place sur mes genoux pour elle car il y avait Mathieu, je suis contente qu'elle exprime verbalement cette jalousie et je lui ai montré qu'il y avait de la place pour elle et dit que dans mon coeur aussi, nous avons aussi écrit des règles à la super nanny-Gladys, on verra, j'espère qu'on va avancer
oups, je dévie sur ma vie Rolling Eyes tongue
Revenir en haut Aller en bas
Annem
Fée des granules


Nombre de messages : 12920
Age : 47
Date d'inscription : 11/03/2005

MessageSujet: Re: je ne supporte plus les pleurs de mon bébé   Mar 21 Oct 2008, 22:36

quand je vous lis les filles, je me revois il y a deux ans avec mon mini zouzou qui ne voulait pas dormir la nuit et mon grand zouzou qui vivait très mal l'école, et moi, prise au milieu de tout ça à fleur de peau sans arrêt et à la limite de la dépression post-partum... me demande même si j'y ai pas plongé à un moment et si c'est pas ça qui m'a emmené chez le psy mais bon...
j'ai l'impression que quoi qu'on fasse, quelle que soit notre manière d'agir, on passe toute par ce genre "d'épreuve". en ressort-on grandie ? peut-être... difficile à dire sans véritable recul. mais je suis sûre d'une chose : on en sort changée et ça nous fait avancer, même si on prend quelques routes cahotiques quelques temps. Wink

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Nanoue
Vachement fan de Marcel


Nombre de messages : 5121
Age : 37
Date d'inscription : 31/05/2006

MessageSujet: Re: je ne supporte plus les pleurs de mon bébé   Mer 22 Oct 2008, 07:16

merci les filles ça m'a fait beaucoup de bien d'écrire puis de vous lire hier soir. je me suis couchée plus sereine. des jours comme ça je m'accroche en me disant demain ça ira mieux mais vous le savez ce n'est pas toujours facile. hier en fin d'après midi j'ai perdu espoir. heureusement que zhom est rentré juste après, qu'il a pris le relai et j'ai pris un bain avec les gars, ça m'a fait le plus grand bien.

annem tu écris bien ce qu'on ressent dans ces moments là. j'ai envie d'aller courir il va falloir que je m'organise pour.

Laurence je t'appelle tout à l'heure pour la ludothèque, combien tu comptes de personnes, je ne comprends pas on est 6 (ou 7 avec zhom) à moins que tu laisses les grands. pour vendredi matin on verra mais ça me ferait du bien.

bon sinon on a passé un bonne nuit, ça faisait longtemps que j'en rêvais dernière tt 20h30, on l'a couché à 22h puis tt à 2h30 puis 65 puis ce matin levé vers 8h45 je crois.
donc un luxe par rapport à d'autres nuits
ma priorité est les enfants puis la maison ensuite mais ce n'est pas toujours facile de laisser une taille s'accumuler.


merci les filles
Revenir en haut Aller en bas
Valérie F
Violette for ever


Nombre de messages : 4651
Age : 46
Date d'inscription : 09/03/2005

MessageSujet: Re: je ne supporte plus les pleurs de mon bébé   Mer 22 Oct 2008, 07:38

:amore: bisous des bisous de soutien ; Annem a très bien expliqué....
j'ai vécu ça pour le passage de 1 à 2 (mais pas du tout de 2 à 3....)
on veut tout maitriser, que la maison soit ok, les enfants ok, et puis on s'y perd.... surtout si bb n'y met pas du sien, il ne ressemble plus à l'image idéale que l'on se faisait de la vie de famille, et du coup, on se met à comparer avec le grand....Se dire que la situation est provisoire, que si la journée semble mal partie, et bien laissé tomber le ménage ou des trucs comme ça et ne s'occuper que de bébé....
et puis dire à zom que oui, c'est dur, que tu as l'impression de ne pas y arriver, car c'est ce que l'on ressent, et s'est un cercle vicieux, car plus on ressent ça, et moins on se sent capable d'affronter une autre journée....

je te souhaite que ça s'arrange vite:bisous:
Revenir en haut Aller en bas
Laurence
super détective


Nombre de messages : 16591
Age : 38
Date d'inscription : 24/07/2005

MessageSujet: Re: je ne supporte plus les pleurs de mon bébé   Mer 22 Oct 2008, 08:37

moi, je ne sais plus compter fou 6 ou 7 bien sûr

allez, à tout à l'heure au goûter bisous


Dernière édition par Laurence le Mer 22 Oct 2008, 11:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Raphaëlle
Violette passionnément


Nombre de messages : 2373
Date d'inscription : 09/03/2005

MessageSujet: Re: je ne supporte plus les pleurs de mon bébé   Mer 22 Oct 2008, 09:34

Allez, les filles, un petit texte qui dit beaucoup de choses, au moins sur les nuits...
Il ne répond pas à toutes vos questions, tous vos soucis... mais donne juste un éclairage différent sur les nuits des bébés;
Je vous le partage :

http://www.femiweb.com/editorial/edito_core18_01.htm

Tiré de l'édito d'Elizabeth Semaine du 18 au 25 janvier 1999

>Bébé a du rythme. Oui, son rythme.

Il est né… Il est vraiment tout petit. En six mois, il fera largement plus que doubler son poids. Quant à sa taille, toutes proportions gardées, c’est un peu comme si un adulte d’1m 80 devait, en six mois, grandir de plus de 50 cm… Avec de telles données, on comprend aisément ce besoin quasi constant de s’alimenter…
Seulement voilà, nous, la nuit, on trouve ça difficile. Enfin, pas toutes. C’est entre difficile, très difficile, tuant ou carrément l’horreur… Et on plaint les mamans… Et on leur pose, jour après jour, LA question… Ca y est, il fait ses nuits ? Et patatras, en plus de pas dormir la nuit, on doit mentir pour protéger notre bout de chou adoré, pour qu’il ne passe pas pour un attardé auprès des copines, qui elles aussi, mentent pour les mêmes raisons… En fait, les nuits, c’est difficile. D’une part parce qu’on ne leur demande pas de faire leurs nuits, mais les nôtres, ce qui change évidemment tout suivant que notre rythme physiologique nous conduise à dormir cinq ou onze heures par nuit, d’autre part parce qu’il est indispensable, compte tenu de cette prodigieuse croissance, que nos bébés puissent aussi s’alimenter la nuit, et ce, qu’on ait besoin de cinq ou onze heures de sommeil.
Le malaise, il vient du fait que lorsqu’on nous demande de faire quelque chose la nuit, nous ne sommes pas forcément en état de le faire. Le problème, c’est que ces longs réveils nous perturbent, nous angoissent à l’avance et qu’on entend dire tant de choses à ce sujet que le problème devient réel. J’ai entendu dire, par une spécialiste du sommeil (des mères), que quand un bébé pleurait la nuit, c’était pour appeler sa mère et que si elle venait, il comprendrait rapidement que ça marche et le referait sans cesse… (Heureusement, que ça marche, tant qu’il ne marche pas !)… La théorie exacte du bébé capricieux. Elle disait qu’il fallait quand même se lever pour voir s’il ne s’était pas étouffé, mais surtout ne pas le prendre... Moi, cette théorie me gène, et pas seulement parce qu’elle est scientifiquement inexacte : un bébé qui s’est étouffé ne pleure pas, et mieux vaut généralement ne pas attendre qu’il se soit tout à fait étouffé pour se lever...
Je ne pense pas que les bébés soient capricieux. Je ne pense pas non plus qu’il soit particulièrement sain de leur donner le plus vite possible des farines afin de les lester et de rendre leur réveil totalement impossible. S’il avait fallu lester les bébés, ça aurait été prévu dans le lait maternel… Et je ne suis pourtant pas un héros qui a adoré se lever deux ou trois fois la nuit… Je pense sincèrement que le problème est plus simple que ça. D’abord, les bébés, ils ont vécu neuf mois avant de naître. Neuf mois au chaud, neuf mois au bruit, neuf mois alimentés en continu. Et ils ont besoin de manger pour grandir. Et ils ont besoin de caresses et de contact pour grandir. Pourquoi penser qu’ils font ça pour nous poser des problèmes ? Un besoin de contact, un besoin de caresses ? Supposons qu’on nous dise, alors que nous sommes en train de créer une relation affective avec quelqu’un, que si l’on a besoin ou simplement envie de le voir, c’est un caprice ? Supposons que notre mari nous dise, juste après un câlin, « va te coucher ailleurs, ou tu vas t’habituer »… Ou pire, « je ne t’embrasse pas maintenant, je viens de le faire il y a moins d’une heure »… On le prendrait pour une brute, un pervers… Comme si l’amour qu’on peut donner à son bébé pouvait le rendre capricieux… ! D’autant plus que son besoin est immense, qu’il a vécu au cœur de nous pendant longtemps et que cette séparation peut aussi lui être difficile à lui… Maintenant, le besoin de manger… J’ignore totalement la raison qui a poussé le bon sens populaire ou médical à affirmer que le bébé avait besoin de sept biberons par jour, un toutes les trois heures (ce qui, d’évidence, occulte complètement le biberon de la nuit, à moins que 7 fois 3 ne fassent 24, ce dont je doute), toujours est il que maintenant, biberon ou sein, on se cantonne à ce « toutes les trois heures… ». Comme si la méthode à utiliser pour donner le sein devait être calquée sur la méthode pour donner le biberon. Comme si l’original devait nécessairement s’inspirer de la copie… Or, manger, pour le bébé, c’est vraiment un besoin physiologique. Comme l’envie de faire pipi. Supposons qu’on nous dise, un jour, que pour une bonne santé vésicale, nous devions faire pipi toutes les trois heures. Ni plus, ni moins. Eté comme hiver. Grossesse ou pas. Boissons ou pas. Ca nous rendrait vraiment la vie impossible, non ? Alors, s’il s’impatiente, s’il n’a pas encore compris que trois heures, c’est trois heures, on lui donne une tétine. Un peu comme si, à nous, alors qu’on a faim, on nous disait : « vous n’avez qu’à jouer une heure ou deux avec une fourchette ». Et on attend qu’ils nous prennent au sérieux ?
La vérité, ou du moins ce qu’il m’apparaît, c’est qu’à force de conseils et de schémas mille fois répétés, nous finissons par avoir peur de nos bébés. Peur qu’ils ne pleurent la nuit, peur qu’ils ne s’arrêtent jamais de pleurer, peur qu’ils soient différents, peur de se voir dire, à la moindre difficulté, que nous avons mal fait. La courbe de croissance à la mode est aux antipodes de la courbe de croissance harmonieuse. Pour bien faire, il faudrait qu’ils soient au maximum de la courbe de taille et au minimum de la courbe de poids… Trois heures, c’est trois heures… D’ailleurs, la tétine me semble être une des preuves les plus manifestes de la peur que nous semblons avoir de nos bébés. Une tétine qu’on emploie bien souvent que comme une sorte de muselière, pour surtout qu’il ne crie pas… Une tétine, en anglais, c’est un pacifier. Et bon sang, sont ils donc si dangereux, ces bébés, que nous ayons besoin de les pacifier ? Ces peurs, elles sont pour une grande part irrationnelles… Tous les bébés dorment un jour ou l’autre. S’ils pleurent, c’est qu’ils ont envie ou besoin qu’on s’occupe d’eux. Alors faisons le, simplement… Il pleure la nuit, a besoin de manger ? Pour quelle obscure raison devrions nous sortir de la couette, nous installer plus ou moins confortablement dans un fauteuil en tentant de ne pas attraper mal au dos et perdre trop de cette douce chaleur du sommeil, attendre qu’il se soit presque rendormi, nous relever, nous recoucher ? Se passe-t-il, dans notre lit, quelque chose de si horrible que nous ne puissions le lui montrer ? Les psy crieront au vice… mais d’une part ce ne sont pas les psy qui se lèvent à notre place et le vice, c’est pas tous les jours à trois heures du matin, non ? Recoucher un enfant avec nous, c’est s’être réveillée si peu de temps qu’on s’en souvient à peine. Il tête, au chaud, se rendort avec nous. Il se rendort plus vite. L’apprentissage qu’il en retire, c’est que la nuit, on dort. Même papa, même maman…

Avec en corollaire, que j’allais oublier tant c’est une évidence, le fait qu’on n’a pas besoin d’être tout seul pour être heureux et qu’on ne lui attribue pas le pouvoir de nous effrayer. Et ça, ça me semble essentiel quand les enfants grandissent, de leur avoir prouvé qu’on n’avait pas peur d’eux…

Elisabeth Dielh (Editorialiste de FemiWeb, animatrice de femiliste)
Revenir en haut Aller en bas
Raphaëlle
Violette passionnément


Nombre de messages : 2373
Date d'inscription : 09/03/2005

MessageSujet: Re: je ne supporte plus les pleurs de mon bébé   Mer 22 Oct 2008, 09:37

En fait, c'était celui là que je cherchais :
Il est long, je ne sais pas s'il va tenir intégralement...
7 CHOSES QUE LES PARENTS DOIVENT SAVOIR
A PROPOS DES PLEURS DU BEBE


Dr. Sears
Version originale: http://www.askdrsears.com/html/5/t051200.asp#T051204.

1- les pleurs du bébé - le signal parfait. Les scientifiques ont depuis longtemps émis l'appréciation que le son des pleurs du bébé a les trois caractéristiques du signal parfait.

En premier, un signal parfait est automatique. Un nouveau-né crie par réflexe. Le nourrisson ressent un besoin qui va déclencher une inspiration d'air soudaine suivie d'une forte expulsion de cet air au travers des cordes vocales qui à leur tour vibrent pour produire le son que nous appelons "pleurs". Durant les premiers temps, le petit nourrisson ne pense pas "quelle sorte de son va mener à ce que l'on me nourrisse?", il crie juste de manière automatique. De plus, ces pleurs sont facilement générés. Une fois que ses poumons sont remplis d'air, le nourrisson peut initier les pleurs avec très peu d'efforts.
Deuxièmement, les pleurs sont adéquatement dérangeants: suffisamment stridents pour obtenir l'attention de celui ou celle qui s'en occupe, mais pas au point de lui faire vouloir échapper au son entièrement.
Troisièmement, les pleurs peuvent se modifier au fur et à mesure que l'émetteur et le receveur apprennent à rendre le signal plus précis.
Le signal émis par chaque bébé est unique. Les pleurs d'un bébé sont le langage du bébé, et chaque bébé pleure (crie) différemment. Les chercheurs qui s'intéressent à la voix, appellent ces sons uniques les empreintes de pleurs, aussi uniques pour un bébé que ses empreintes digitales.
2. Répondre aux pleurs d'un bébé est biologiquement correct. La mère est biologiquement programmée pour donner une réponse maternante aux pleurs du nouveau-né, et pas pour se restreindre. Des changements biologiques fascinants ont lieu dans le corps de la mère en réponse aux cris de son enfant. Lorsqu'elle entend son bébé pleurer, la circulation sanguine augmente dans les seins de la mère, s'accompagnant d'une impulsion biologique de "prendre dans ses bras et nourrir". L'allaitement au sein lui-même cause une décharge de prolactine, une hormone que nous supposons être la base biologique de ce que l'on appelle "l'intuition maternelle". L'ocytocine, l'hormone qui déclenche le reflex d'éjection du lait, provoque aussi des sentiments de relaxation et de plaisir, une manière plaisante de compenser la tension provoquée par les pleurs du bébé. Ces sentiments vous aident à aimer votre bébé. Mamans, écoutez les indices biologiques de votre corps quand votre bébé pleure plutôt que les donneurs de leçons qui vous disent de faire la sourde oreille. C'est facile pour eux de vous donner de tels conseils, ils ne sont pas biologiquement connectés à votre bébé. Rien ne se passe au niveau de leurs hormones lorsque votre bébé crie.

3. Ignorer ou répondre au signal des pleurs? Une fois que vous savez apprécier la valeur du signal des pleurs de votre bébé, ce qui importe c'est de savoir ce que vous en faites. Vous avez deux options de base: ignorer ou répondre. Ignorer les pleurs de votre bébé est en général une situation perdant-perdant. Le bébé complaisant abandonne et cesse de signaler, se renferme, et finalement se dit que pleurer ne vaut pas le coup, et conclue que c'est lui qui ne vaut pas le coup. Le bébé perd la motivation de communiquer avec ses parents, et les parents manquent une opportunité d'apprendre à connaître leur bébé. Tout le monde perd. Un bébé avec une personnalité plus persistante -la plupart des bébés aux besoins intenses- n'abandonne pas si facilement. A la place, il crie de plus en plus fort et c'est l'escalade dans l'intensité de son signal, le rendant de plus en plus dérangeant. Vous pourriez ignorer ce signal persistent de plusieurs manières. Vous pourriez attendre qu'il ait fini de pleurer, puis le prendre afin qu'il ne pense pas que ce sont ses pleurs qui ont attiré votre attention. C'est en fait une sorte de lutte pour le pouvoir. Vous apprendriez au bébé que vous contrôlez les choses, mais aussi qu'il n'a pas capacité à communiquer. Cela ferme la communication parent-enfant, et sur le long terme, tout le monde perd.
Vous pourriez aussi vous désensibiliser complètement, jusqu'à ce que vous ne soyez plus du tout "dérangé" par les pleurs, et ainsi apprendre au bébé que l'on ne s'occupe de lui que si c'est "le bon moment". C'est une autre situation perdant-perdant. Le bébé n'obtient pas ce dont il a besoin, et les parents se retrouvent dans un état d'esprit qui ne leur permet pas de profiter de la personnalité unique de leur bébé.
Vous pourriez aussi prendre votre bébé pour le calmer et le reposer ensuite parce que "ce n'est pas encore le bon moment pour le nourrir". Après tout il doit apprendre à être heureux "indépendamment". Perdant-perdant encore une fois, il va se remettre à pleurer et vous vous sentirez en colère. Il va apprendre que ses tentatives de communication, bien qu'entendues, n'obtiennent pas la réponse adéquate, ce qui peut le mener à ne plus se faire confiance: "Peut-être qu'ils ont raison. Peut-être que je n'ai pas vraiment faim".

4. Soyez maternante. L'autre option est de répondre promptement et de manière maternante. C'est gagnant-gagnant pour le bébé et pour la mère qui s'appliquent a mettre au point un système de communication qui les aide tous les deux. La mère répond promptement et sensiblement, de telle sorte que le bébé sera moins désespéré la prochaine fois qu'il a besoin de quelque chose. Le bébé apprend à "crier mieux", d'un manière moins dérangeante puisqu'il sait que sa mère va venir. Les mères structurent l'environnement du bébé de sorte à ce qu'il ait moins besoin de pleurer; elle le garde proche d'elle si elle sait qu'il est fatigué et prêt à dormir. La mère augmente aussi sa sensibilité aux pleurs, et ainsi leurs donne la réponse adéquate. Une réponse rapide lorsque le bébé est jeune et est facilement déstabilisé ou lorsque le cri rend clairement compte qu'il y a danger; une réponse plus lente lorsque le bébé est plus vieux et commence à apprendre à régler certains désagréments de son chef.
Répondre de manière appropriée aux pleurs de votre bébé est le premier et le plus difficile défi de communication auquel vous allez faire face en tant que mère. Vous ne maîtriserez ce système qu'après la répétition des milliers d'appels-réponses des premiers mois. Si initialement, vous considérez les pleurs du bébé comme un signal auquel on doit répondre et qui doit être évalué plutôt que comme une habitude malheureuse à perdre, vous vous ouvrez la possibilité de devenir experte sur tout ce qui concerne votre bébé. Chaque signalétique mère-bébé est unique. Voilà pourquoi il est tellement de courte-vue de la part des "entraîneurs de pleurs" de prescrire une formule toute faite du genre "laissez-le pleurer 5 minutes la première nuit, 10 minutes la seconde" et ainsi de suite.

5. Ce n'est pas de votre faute si bébé pleure. Parents, haut les cœurs ! Si vous réagissez bien à votre bébé et que vous essayez de lui faire se sentir en sécurité dans ce nouveau monde, vous ne devez pas penser que c'est de votre faute si votre bébé pleure beaucoup. De même que ce n'est pas vous qui décidez que votre bébé arrête de pleurer. Bien sûr, restez ouverts pour apprendre de nouvelles manières d'aider votre bébé (comme changer de régime alimentaire si besoin, une nouvelle manière de porter votre bébé) et avertissez votre médecin si vous suspectez une cause physique derrière les pleurs. Mais il y aura des moments, lorsque vous ne savez pas pourquoi votre bébé pleure, vous vous demanderez si le bébé lui-même le sait. Il y a des fois où le bébé peut simplement avoir envie de pleurer, ne vous sentez pas désespéré si aucun de vos remèdes habituels ne marche.
C'est un fait dans la vie de nouveaux parents: bien que les bébés pleurent pour exprimer un besoin, leur manière de pleurer dépend aussi de leur propre tempérament. Ne prenez pas les pleurs de votre bébé contre vous. Votre boulot est de créer un environnement positif qui fera décroître le besoin de pleurer du bébé, d'offrir des bras aimants et relaxés pour que le bébé ne pleure pas tout seul, et de poussez comme vous le pouvez le travail de détective qui consiste à chercher pourquoi votre bébé pleure et de quelle manière vous pouvez l'aider. Le reste, c'est le bébé qui décide.
"Lorsque je me sentais déstabilisée dans mon maternage, je demandais à une mère calme et raisonnée, impartiale, d'observer comment je me comportais avec mon bébé, un jour typique, chez moi. Bien que je sache que je suis l'expert en ce qui concerne mon propre bébé, parfois c'est difficile d'être objective, et la voix de l'expérience peut apporter de l'aide."

6. Ce que la recherche nous apprend. Les chercheures Sylvia Bell et Mary Ainsworth ont mené des études dans les années 1970 qui auraient du mettre a l'index et pour de bon les théories sur les enfants gâtés. (Il est intéressant que jusqu'à ce moment-là, les auteurs qui se sont intéressé au développement de l'enfant et qui prêchaient le "laissez-les pleurer" étaient presque tous des hommes. Il a fallu que des femmes chercheures commencent à rectifier le tir.) Ces chercheures ont étudié deux groupes de couples mère-nourrisson. Le groupe 1 était constitué de mères donnant des réponses promptes et maternantes aux pleurs de leur enfant. Le groupe 2 était constitué de mères plus restreintes dans leur réponse. Elles ont trouvé que les enfants du groupe 1 auxquels les mères avaient répondu tôt et de manière plus maternante étaient moins portés à utiliser les pleurs comme moyen de communication lorsqu'ils avaient un an. Ces enfants semblaient plus sûrement attachés à leur mère et avaient développé de meilleurs talents de communication, devenant moins pleurnichards et manipulateurs.
Jusqu'à cette époque, on avait fait croire aux parents que s'ils prenaient leur bébé dans les bras chaque fois qu'il pleurait, il n'apprendrait jamais à se calmer et deviendrait encore plus exigeant.
D'autres études ont été menées pour définitivement abattre les théories sur les enfants gâtés, montrant que les bébés dont les pleurs ne recevaient pas de réponse prompte se mettaient à pleurer plus, plus longtemps, et d'une manière plus dérangeante. Dans une étude qui comparait deux groupes de bébés en pleurs, dans l'un des groupes, les nourrissons recevaient une réponse immédiate et maternante, tandis que dans l'autre groupe, on laissait les enfants pleurer. Les bébés dont les pleurs recevaient une attention sensible pleuraient moins par 70%. Les bébés qu'on laissait pleurer par contre, ne réduisaient pas leurs pleurs. Essentiellement, la recherche a montré que les bébés dont les pleurs étaient entendus et auxquels on répondait, apprenaient à "pleurer mieux", les bébés qui étaient le produit d'un style de maternage plus restreint apprenaient à "pleurer plus fort". Il est intéressant de noter que ces études ont montré des différences non seulement dans la manière de communiquer des bébés avec leurs parents en fonction des réponses qu'ils obtenaient à leurs cris, mais aussi des différences au niveau des mères.
Les études ont montré que les mères qui donnaient une réponse plus restreinte et moins maternante, devenaient graduellement insensibles aux pleurs de leur bébé, et cette insensibilité se propageait à d'autres aspects de leur relation parent-enfant. La recherche a montré que laisser un bébé pleurer gâte toute la famille.

7. Pleurer n'est pas "bon pour les poumons du bébé". Un des exemples les plus ridicule du folklore médical est le dicton "laissez le pleurer, c'est bon pour ses poumons". A la fin des années 70, la recherche a montré que les bébés qu'on laissait pleurer avaient des rythmes cardiaques qui atteignaient des niveaux inquiétants et baissaient le taux d'oxygène dans leur sang. Quand les pleurs de ces bébés étaient calmés, leur système cardiovasculaire retournait rapidement à la normale, montrant à quel point les bébés reconnaissaient rapidement l'état de bien-être au niveau physiologique. Si les pleurs du bébé ne sont pas calmés, il est dans une détresse aussi bien physiologique que psychologique. La croyance erronée comme quoi pleurer est sain, survit encore aujourd'hui dans les échelles du score d'Apgar, une sorte de test que les médecins utilisent pour évaluer rapidement l'état d'un nouveau né les premières minutes après sa naissance. Les bébés obtiennent deux points supplémentaires pour "cris vigoureux". Je me souviens avoir réfléchi sur ce concept au milieu des années 70 alors que j'étais directeur d'une pouponnière dans un hôpital universitaire, avant même de devenir le père d'un bébé aux besoins intenses, ce qui m'a rendu un ferme opposant du "laissez-les pleurer". Il me semblait que donner des points pour des cris était insensé physiologiquement. Le nouveau-né dans un état de veille calme, respirant normalement, et en fait plus rose que l'enfant qui pleure, perdait des points au score d'Apgar. Ca me surprend toujours que le plus intrigant des sons humains, les pleurs du bébé, soit encore aussi incompris.



Site Internet de l'auteur : http://www.askdrsears.com
Deux livres du Dr Sears : Que faire quand bébé pleure ? et Etre parent le jour, la nuit aussi sont en vente à la boutique.


Allaiter Aujourd'hui n° 34
Materner le bébé qui pleure beaucoup
Revenir en haut Aller en bas
Raphaëlle
Violette passionnément


Nombre de messages : 2373
Date d'inscription : 09/03/2005

MessageSujet: Re: je ne supporte plus les pleurs de mon bébé   Mer 22 Oct 2008, 09:39

La suite...
Les pleurs des bébés sont faits pour provoquer chez l'adulte un comportement d'attachement ou de réconfort. Mais certains bébés crient tellement que leurs mères en arrivent en fait à ne plus les écouter. C'est ce que le Dr Williams Sears, dans son livre Le bébé difficile, illustre par la "courbe des pleurs" (1) : les pleurs du bébé ne cessant pas, il s'installe chez le parent une fatigue émotionnelle qui finit par provoquer une réaction d'évitement.

Les pleurs "excessifs" des bébés peuvent avoir de multiples causes. Dans certains cas, le fait de trouver la ou les causes va entraîner des changements qui suffiront à apaiser rapidement le bébé. Dans d'autres cas, il n'y a pas de solution miracle, mais le simple fait de savoir pourquoi leur bébé est mal, permettra aux parents de continuer à s'en occuper sans se sentir submergés. Ajoutons que parfois on ne trouve jamais de cause, ce qui n'empêche pas d'essayer tous les petits "trucs" permettant d'apaiser le bébé.

Voyons quelques-unes des raisons pour lesquelles les bébés peuvent être "difficiles".


Les questions à se poser

- Avez-vous eu une péridurale ou d'autres médicaments au cours de l'accouchement ? Cela peut rendre les bébés grognons pendant quelques jours voire plusieurs semaines.

- Savez-vous que les bébés allaités ont besoin d'être nourris plus souvent que les bébés au biberon ? Le lait maternel se digère si facilement que les bébés allaités peuvent avoir faim toutes les deux heures, alors que ceux nourris au lait artificiel ont généralement faim toutes les trois ou quatre heures.

- Savez-vous que de nombreux bébés ont chaque jour quelques heures difficiles, qui se situent généralement en fin d'après-midi ou dans la soirée?

- Connaissez-vous l'existence des "poussées de croissance" ? Il arrive régulièrement que les bébés tètent plus fréquemment pendant un jour ou deux afin d'augmenter la sécrétion lactée. Cela se produit généralement autour de 2 semaines, 6 semaines et 3 à 4 mois.

- Y a-t-il des raisons pour lesquelles votre sécrétion lactée pourrait être insuffisante ? Cela peut inclure (2) : le tabagisme, qui diminue le réflexe d'éjection ; la caféine, qui peut exciter le bébé et donc le faire téter moins bien ; un problème de succion chez le bébé ; un taux de stress anormalement élevé, qui peut affecter le réflexe d'éjection ; la prise de médicaments tels que les diurétiques, les antihistaminiques ou les contraceptifs contenant oestrogènes ou progestérone ; une hypothyroïdie non détectée ; une rétention placentaire ; une alimentation insuffisante et/ou déséquilibrée qui en plus d'affecter la sécrétion lactée, va entraîner chez la mère une fatigue l'empêchant de répondre aux demandes de son bébé (3).

- Le bébé pourrait-il avoir des coliques (voir article ci-après) ?

- Le bébé pourrait-il avoir une affection quelconque (par exemple : reflux gastro-oesophagien, otite, muguet, pous-sée dentaire) ?

- Pourrait-il être un bébé aux besoins intenses (4), qui a besoin de beaucoup de contact physique ?

- Aurait-il besoin d'être plus stimulé, ou au contraire de l'être moins (5) ?


Des idées pour apaiser le bébé qui pleure

Il est clair que si les pleurs sont dûs à la faim, augmenter les tétées en nombre et en durée peut suffire à résoudre le problème. Même si ce n'est pas le cas, beaucoup de bébés se calmeront au sein, à la grande satisfaction des parents (combien de mères se sont dit : qu'est-ce que j'aurais fait avec ce bébé si je ne l'avais pas allaité ?!), car la tétée calme le système nerveux, aide à réguler la respiration et libère des endorphines.

Si c'est l'air avalé qui provoque les cris, il faudra veiller à bien faire roter le bébé (éventuellement plusieurs fois au cours d'une même tétée).

Si l'on soupçonne une substance ingérée par la mère (aliment allergénique, médicaments, caféine, etc.), quelques jours d'éviction du produit permettront de juger de sa responsabilité réelle.

Beaucoup de ces "pleurs excessifs" se résoudront avec le temps (ce n'est pas pour rien qu'on parle des "coliques des trois premiers mois"), mais en attendant, connaître un certain nombre de "trucs" qui ont marché pour beaucoup de bébés, permettra à l'enfant et à ses parents de vivre mieux ces moments difficiles.

Il faut savoir que toutes ces idées ne fonctionnent pas pour tous les bébés ; qu'une méthode peut marcher un jour et pas le lendemain ; qu'il faut donc avoir une "palette" de trucs entre lesquels on peut jongler ; que pour certains bébés, ce qui marche, c'est une suite de gestes enchaînés dans un certain ordre, une sorte de "rituel" ; qu'il n'est pas évident d'être imaginatif lorsqu'on est épuisé, et qu'il vaut donc mieux avoir une batterie d'idées toutes faites et déjà éprouvées ; que c'est principalement la mère qui essaiera d'apaiser son bébé, mais que le père ou tout autre adulte (voire les grands frères et les grandes soeurs) peut utiliser ces techniques.

Porter le bébé dans un porte-bébé. Penser que certains bébés aiment être installés de face afin de voir ce qui se passe autour d'eux

Emmailloter le bébé dans une couverture ou un lange. Certains bébés ont besoin de se sentir "contenus", sans quoi ils se sentent désorganisés et perturbés.

Bercer le bébé.

Marcher avec le bébé.

Utiliser le "balancement maternel" : la mère porte le bébé contre son épaule ou dans ses bras, et sans bouger les pieds, se balance d'une jambe sur l'autre.

Passer l'aspirateur avec le bébé dans le porte-bébé ! Comme le montrent plusieurs des témoignages, pas mal de bébés trouvent apaisants le mouvement et le bruit ronronnant de l'aspirateur (6).

Aller faire un tour en voiture.

Placer le bébé devant quelque chose qui va retenir son attention. On sait que les premières semaines, les bébés s'intéressent particulièrement aux graphismes en noir et blanc très contrastés ou contenant du rouge, ainsi qu'aux lumières en tout genre.

Mettre le bébé devant un miroir - les bébés adorent regarder les visages - ou devant... un aquarium où nagent des poissons !

Si le temps le permet, aller dehors et laisser le bébé regarder les feuilles bouger doucement dans la brise.

Essayer l'une des quatre variantes de la position "anti-coliques", la plus courante étant celle où le bébé est à plat ventre sur l'avant-bras de l'adulte, sa tête dans le creux du coude, la main tenant ses jambes.

Essayer le massage "I love you" dont parle le Dr Sears dans Le bébé difficile. Le bébé est couché sur le dos, la tête vers l'adulte. Ce massage (voir croquis ci-dessous) suit la courbe naturelle du gros intestin du bébé, et permet d'aider les poches d'air à s'évacuer vers le rectum.

Lorsqu'on porte l'enfant sur son épaule, masser doucement son dos (plutôt que de le tapoter : le tapotage peut être utile pour aider au rot, mais c'est quand même un peu violent ; pour essayer de calmer un bébé qui pleure, un geste doux est plus indiqué).

Certains bébés peuvent se calmer à l'aide d'une sucette, s'ils ont un besoin de succion non nutritive particulièrement intense (mais attention au risque de dépendance !). Pour éviter le risque de confusion sein/tétine, mieux vaut ne pas la proposer avant que l'allaitement ne soit bien installé. En attendant, le parent peut proposer son doigt (propre et à l'ongle court) à sucer au bébé.

Un bon bain chaud (une fois le cordon cicatrisé) pris ensemble peut être très relaxant pour le bébé et pour le parent.

Chanter. Les bébés adorent la voix de leur mère et ils se moquent de savoir si elle chante juste !

Danser avec le bébé.

Chaque parent trouvera sûrement encore d'autres "trucs" (voir par exemple le "coup de l'ascenseur", page 9 !), mais en conclusion, je voudrais dire qu'il y a des moments où l'on n'arrive pas à calmer les pleurs du bébé. En tant que nouvelle mère, il m'a fallu du temps pour comprendre que ce n'est pas parce que mon bébé pleurait que je le "laissais pleurer". "Laisser pleurer un bébé" signifie le déposer dans son berceau et partir alors qu'il hurle. Si je portais mon bébé, le balançais doucement ou chantonnais dans son oreille, c'était parfois tout ce que je pouvais faire. Parfois, on peut seulement attendre que le bébé s'arrête de pleurer.




Traduit et adapté par Corinne Dewandre de "Helping the Mother of a Fussy Baby", de Dee Kassing, Leaven, Dec 96-Jan 97.

(1) Voir page 48. Ce livre est en vente à LLL France Info-Service.(2) Pour plus de détails, voir "Le manque de lait : mythes et réalités", AA n° 26, 1996.
(3) On sait que des mères sous-alimentées peuvent allaiter leur bébé de façon adéquate. Ce qu'on sait moins, c'est que pour y arriver, elles donnent le sein très fréquemment (par exemple quelques minutes tous les quarts d'heure)
(4) Voir AA n° 3, 1990, et l'ouvrage du Dr Sears.
(5) Le Dr Brazelton a bien décrit dans Ecoutez votre enfant ces bébés hypersensibles aux stimuli qui, les premières semaines, ne supportent pas plus d'un stimulus à la fois (par exemple, si on les caresse, ils ne supportent pas qu'on leur parle en même temps).
(6) Dans la série "arts ménagers", on connaît des bébés qui sont calmés par les vibrations d'un sèche-linge !

à lire
Williams Sears, Le bébé difficile, LLLI. A lire en priorité !
Hetty van de Rijt et Frans X. Plooij, Pourquoi pleurent-ils, Albin Michel. Voir la critique de ce livre dans AA n° 33.
Anne Bacus, Bébé pleure, que faire ?, Ed. Marabout. Un petit livre sans prétentions, où l'on retrouve beaucoup des trucs évoqués plus haut (y compris l'aspirateur !), le premier évoqué étant... le sein !



www.lllfrance.org

Peut être reproduit, imprimé ou diffusé à condition de mentionner la provenance de cet article.
publié dans Allaiter Aujourd'hui n° 34, LLL France 1998
Commander ce numéro
S'abonner à Allaiter Aujourd'hui
Revenir en haut Aller en bas
Raphaëlle
Violette passionnément


Nombre de messages : 2373
Date d'inscription : 09/03/2005

MessageSujet: Re: je ne supporte plus les pleurs de mon bébé   Mer 22 Oct 2008, 09:39

et la fin !!!


Que faire quand votre bébé pleure?
par
Aletha Solter, Ph.D.
Pour plus d'information au sujet des pleurs, consultez les trois livres d'Aletha Solter: Mon bébé comprend tout (éd. Marabout/Hachette), Comprendre les besoins de votre enfant (éd. Marabout/Hachette), et Pleurs et colères des enfants et des bébés (éd. Jouvence).


Les bébés qui pleurent sont une source d'inquiétude pour beaucoup de parents. Quand votre bébé pleure et que vous ne savez pas pourquoi, cela peut éveiller en vous des sentiments d'anxiété, d'impuissance, de frustration, d'incompétence et même de colère et d'hostilité. Il existe beaucoup de conseils à propos des bébés qui pleurent, mais la plupart ne savent pas expliquer les raisons réelles des pleurs, et font des suggestions qui nuisent au développement émotionnel de votre bébé.

Les bébés pleurent pour deux raisons profondes. D'une part, ils essaient de communiquer un besoin ou une gêne. Ils peuvent avoir faim, s'ennuyer, avoir froid ou bien ils ont simplement besoin d'être tenus. Quelquefois, il est difficile de saisir de quoi ils ont besoin. Le rôle des parents ou des soignants est d'essayer de combler les besoins du bébé aussi rapidement et précisément que possible. Les bébés ne peuvent pas être "gâtés". Il est impossible de leur donner trop d'amour, d'attention et de contact physique.

La seconde raison des pleurs durant l'enfance est moins bien comprise. Beaucoup de bébés continuent à pleurer quand tous leurs besoins fondamentaux ont été comblés, et alors même qu'ils sont tenus. Ce genre de pleurs, qui culmine aux alentours de six semaines, a été nommé "colique." Cela peut durer plusieurs heures par jour. L'explication traditionnelle pour ces pleurs a été centrée sur d'éventuels problèmes physiques tels que des gaz ou des troubles digestifs. Cependant, des recherches ont montré que la plupart des bébés qui ont la "colique" ne présentent rien au niveau de leur digestion, et sont la plupart du temps en excellente santé. Il est donc nécessaire de prendre en considération de possibles raisons émotionnelles qui provoquent les pleurs.

Les bébés sont extrêmement vulnérables et ont une quantité considérable de souffrances émotionnelles qui résultent d'une accumulation d'expériences stressantes. Une détresse peut être due à une naissance traumatisante ou à des difficultés après la naissance. Les bébés font l'expérience de la confusion alors qu'ils essaient de comprendre le monde et ils sont facilement effrayés ou sur-stimulés. De plus, ils éprouvent des frustrations lorsqu'ils s'efforcent de développer de nouvelles capacités et tentent de communiquer. Tout cela provoque un désordre émotionnel qui est enregistré dans le corps.

Heureusement, les bébés naissent avec cette capacité naturelle de guérison que sont les pleurs, qui leur permettent de surmonter les effets du stress. Des recherches ont montré que les gens de tous âges tirent bénéfice d'une bonne crise de larmes, et que les larmes aident à restaurer l'équilibre chimique du corps après un stress. Un nouveau-né, qui a été isolé dans une couveuse sans contact humain pendant plusieurs jours, peut avoir besoin de pleurer et d'exprimer sa rage pendant des heures, durant plusieurs mois, dans le but de soulager la souffrance émotionnelle causée par cette expérience tellement effrayante et déconcertante. Un enfant de trois mois peut avoir besoin de pleurer longuement après une réunion de famille pendant laquelle il a été tenu par de nombreuses personnes qui ne lui sont pas familières. Un enfant de six mois qui a essayé d'avancer en rampant toute la journée et qui n'a réussi qu'à reculer, peut avoir besoin, à la fin de la journée, d'exprimer ses frustrations en pleurant de rage avant de pouvoir s'endormir tranquillement. Dans ces exemples, ce n'est pas le fait de pleurer qui blesse. Pleurer, c'est le processus par lequel le bébé se guérit de ses blessures.

Que peuvent faire les parents? D'abord, il est important de veiller aux besoins ou aux gênes du moment, tels que la faim ou le froid. Mais si votre bébé ressent toujours une gêne, alors que vous avez satisfait ses besoins fondamentaux, il est tout à fait approprié de le tenir avec amour et de lui permettre de continuer à pleurer. Les bébés ont besoin de proximité et d'attention quand ils pleurent. Jamais un bébé ne devrait être laissé seul quand il pleure . Même si vous vous sentez inutile en tenant votre bébé quand il pleure, sachez qu'en réalité vous lui apportez le soutien émotionnel dont il a tant besoin quand il soulage son stress de cette manière. Votre bébé ne vous rejette pas quand il pleure. Au contraire, il se sent suffisamment en sécurité pour vous montrer ce qu'il ressent, exactement comme si vous-même éclatiez en sanglots alors qu'un ami sincère posait son bras sur vous et reconnaissait que vous avez eu une journée difficile. Les parents qui tiennent leurs bébés et qui leur permettent de s'exprimer de cette manière remarquent généralement que leurs bébés sont détendus et satisfaits après la période de larmes, et qu'ils dorment mieux pendant la nuit.

Pourquoi est-il si difficile de tenir un bébé qui pleure et d'accepter les pleurs? Probablement parce que peu de gens ont eu le droit de pleurer autant qu'il leur aurait été utile lorsqu'ils étaient petits. Vos parents ont peut-être essayé d'arrêter vos pleurs quand vous étiez bébé. Peut-être vous ont-ils donné une tétine, ou vous ont-ils nourri, bercé ou balancé chaque fois que vous pleuriez, en pensant que c'était ce dont vous aviez besoin à ce moment-là. Peut-être ont-ils essayé de vous distraire avec des jouets, de la musique ou des jeux alors que tout ce que vous désiriez était leur entière attention et leur amour de façon à ce que vous puissiez continuer à pleurer. Ils peuvent avoir demandé au médecin des sédatifs pour vous calmer, ou vous avoir laissé pleurer seul, en pensant qu'il n'y avait rien d'autre à faire. Peut-être même vous ont-ils frappé ou ont-ils hurlé parce qu'ils étaient emplis de frustration et de désespoir. Quand vous étiez un peu plus grand, peut-être avez-vous connu encore des distractions ou des punitions de la part de vos parents ou de vos maîtres lorsque vos tentatives pour vous soulager de vos sentiments par vos larmes les ont irrités.

Vos parents ne sont pas à blâmer, parce qu'ils manquaient d'information quant à l'importance des larmes. Cependant, à cause de ce conditionnement de votre enfance, vous pouvez trouver pénible de reconnaître ce besoin chez vos enfants, et vous pouvez vous sentir poussé à arrêter leurs larmes par des moyens similaires à ceux qu'utilisaient vos parents. Il faut du temps pour se défaire du conditionnement de toute une vie. Peut-être avez-vous besoin vous-même d'une bonne crise de larmes. Mon conseil est de vous autoriser cette libération. Si vous pouvez trouver quelqu'un pour vous écouter, cela sera d'autant mieux. Vous vous sentirez beaucoup mieux ensuite, et les pleurs de votre bébé vous sembleront un peu plus acceptables. Si vous êtes frustré et épuisé parce que votre bébé pleure beaucoup, vous méritez alors toute l'aide et tout le soutien que vous pourrez trouver.

Note: Ce conseil ne doit pas être utilisé comme un substitut à un avis ou à un traitement médical. Si vous suspectez une maladie ou une douleur physique, consultez absolument un médecin.


Copyright © 1996 by Aletha Solter

D'autres articles en français sur ce site:

Principes des parents conscients
Les enfants naissent-ils avec un fond mauvais?
Vingt alternatives à la punition.


http://www.awareparenting.com/pleurs.htm
Revenir en haut Aller en bas
Isabelle
Violette accro


Nombre de messages : 1537
Age : 43
Date d'inscription : 05/06/2008

MessageSujet: Re: je ne supporte plus les pleurs de mon bébé   Mer 22 Oct 2008, 09:54

Ce dernier livre nous a fait un bien immense. Louis était de ces bébés qui pleurent pendant une demi-heure le soir, "le retour du père" car ça coïncide avec son retour à la maison, et c'est épuisant, mais gérable une fois qu'on a compris, et ce livre y aide beaucoup. Mais ce qui valait pour le premier enfant n'est plus tout à fait pareil avec le second, en tout cas pour moi. Il y a tant de choses qui nous paraissaient difficiles, différentes avec le premier et que l'on accepte mieux... et d'autres qui sont toutes nouvelles et nous plongent dans un abîme de perplexité.

Ah le bain avec les louloux, c'est ressourçant ! C'est un peu ce que je voulais dire : je ne peux pas prendre du temps pour moi, je n'aime pas ça, mais prendre du BON temps avec eux deux, ça réconcilie avec soi-même, la nouvelle maman de deux enfants !

Plein de bisous Nanoue
Revenir en haut Aller en bas
Laurence
super détective


Nombre de messages : 16591
Age : 38
Date d'inscription : 24/07/2005

MessageSujet: Re: je ne supporte plus les pleurs de mon bébé   Mer 22 Oct 2008, 11:28

oh punaise, Raphaëlle! je suis trop fatiguée pour lire ce que tu as mis, mais je suis intéressée, je repasserai plus tard
Revenir en haut Aller en bas
Nanoue
Vachement fan de Marcel


Nombre de messages : 5121
Age : 37
Date d'inscription : 31/05/2006

MessageSujet: Re: je ne supporte plus les pleurs de mon bébé   Mer 22 Oct 2008, 11:51

Raphaelle merci pour les textes, j'ai lu le premier et je lirais les suivants plus tard car je suis trop fatiguée et je vais essayer de me reposer pendant que zhom gère les petits pendant la sieste
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: je ne supporte plus les pleurs de mon bébé   Aujourd'hui à 09:38

Revenir en haut Aller en bas
 
je ne supporte plus les pleurs de mon bébé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Etude sur les pleurs
» Longs pleurs le soir
» Bébé ne supporte pas les chaussures
» Ma fille de 2 ans et demi ne supporte pas ma grossesse
» les pleurs de bébè

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE FORUM VIOLET :: ETRE UNE MAMAN VIOLETTE :: bébé et enfant au quotidien-
Sauter vers: