LE FORUM VIOLET



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 PAI, projet d'accueil individualisé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: PAI, projet d'accueil individualisé   Ven 18 Sep 2009, 08:03

alors mon grand est allergique au soja
ma fille est allergique aux fruits ( tous.... bizarre...) aux légumes " colorés": tomates, poivrons, piment etc, aux noix, noisettes, aux agrumes, au chèvre ( lait & fromage, ça la pique, mais non avéré par des tests) je crois que j'en oublie....
yaële est allergique aux noisettes. n'en n'a jamais mangé, uniquement sensibilisée par le lait maternel
et moi je suis allergique au fromage blanc, aux noix, au thon, à la tomate, à la banane, et aux pommes.

il y a juste le papa qui est "normal" dans cette famille Rolling Eyes

ben donc il faudrait que j'élimine: tous les fruits. les légumes colorés. les fruits à coques. le lait. le soja. les produits "exotiques ". les graines. le lait de chèvre. les farines, les pâtes. etc (j'en oublie certainement)
ben on mange quoi???
des patates et de la viande? bof....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: PAI, projet d'accueil individualisé   Ven 18 Sep 2009, 09:47

j'ai oublié: pour Elisa: les radis et concombre ( rien qu'à l'odeur sa langue enfle...)
et moi le celeri.
et bizarrement pas d'allergie auxautres pdt laitiers pour moi, selon l'allergo, c'est un des "additifs" du fromage blanc que je ne tolère pas!!
pour les repas, c'est galère et en même temps pas trop! une fois que tu as supprimé tous les allergènes, ça restreint pas mal. du coup, les repas ne sont pas très variés...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: PAI, projet d'accueil individualisé   Ven 18 Sep 2009, 09:49

oui tout à fait vérov, elle est aussi très allergique à de nombreux pollens et aux graminés, ainsi qu'aux moisissures et acariens. au ficus aussi, et au latex ( comme môman!!)
je crois que j'ai fait le tour.............
Revenir en haut Aller en bas
delphine
Violette for ever


Nombre de messages : 3168
Age : 45
Date d'inscription : 14/09/2005

MessageSujet: Re: PAI, projet d'accueil individualisé   Ven 18 Sep 2009, 09:52

affraid
Revenir en haut Aller en bas
Carelle
Violette absolue


Nombre de messages : 6175
Age : 34
Date d'inscription : 15/07/2005

MessageSujet: Re: PAI, projet d'accueil individualisé   Ven 18 Sep 2009, 09:56

Hé bien, vous n'êtes pas gâtés non plus....
Revenir en haut Aller en bas
http://elfine01.free.fr/blog/index.php?
Invité
Invité



MessageSujet: Re: PAI, projet d'accueil individualisé   Ven 18 Sep 2009, 10:27

et la carotte pour elisa.
affraid
Revenir en haut Aller en bas
VeroV
Tata Hard Rock!


Nombre de messages : 16218
Age : 42
Date d'inscription : 10/03/2005

MessageSujet: Re: PAI, projet d'accueil individualisé   Ven 18 Sep 2009, 10:31

naanni a écrit:
j'ai oublié: pour Elisa: les radis et concombre ( rien qu'à l'odeur sa langue enfle...)
...
punaise c'est vrai que ça lui en fait un paquet, la pauvre Shit elle mange à la cantine avec un PAI ou pas possible ?

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Nanoue
Vachement fan de Marcel


Nombre de messages : 5121
Age : 37
Date d'inscription : 31/05/2006

MessageSujet: Re: PAI, projet d'accueil individualisé   Ven 18 Sep 2009, 11:35

ah punaise effectivement la liste est longue affraid
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: PAI, projet d'accueil individualisé   Ven 18 Sep 2009, 11:52

VeroV a écrit:
naanni a écrit:
j'ai oublié: pour Elisa: les radis et concombre ( rien qu'à l'odeur sa langue enfle...)
...
punaise c'est vrai que ça lui en fait un paquet, la pauvre Shit elle mange à la cantine avec un PAI ou pas possible ?

elle mange à la cantine, sans pb... elle évite juste les aliments interdits, et se promène avec sa seringue d'adrénaline au cas où...
l'avantage est qu'elle a un appétit d'oiseau, donc, même si le plat ne lui convient pas , elle se rattrape avec l'entrée ( toujours copieuse, et toujours plusieurs choix) et les desserts. elle fait du trafic avec ses copines qui ne mangent pas de fromage, elle elle se gave de fromage. Mr. Green
et pour l'instant, elle refuse que je fasse quoi que ce soit. elle ne veut pas que j'en parle à la vie scolaire, peur d'être stigmatisée, d'être singularisée par rapport aux copines. le seul souci c'est le concombre. comme les effluves suffisent à déclencher une réaction, ça , ça me fait flipper! et puis les dames de la cantine la "saoulent" comme elle dit.. elles lui disent toujours de prendre un fruit en dessert.. Shit
Revenir en haut Aller en bas
Nanoue
Vachement fan de Marcel


Nombre de messages : 5121
Age : 37
Date d'inscription : 31/05/2006

MessageSujet: Re: PAI, projet d'accueil individualisé   Ven 18 Sep 2009, 12:50

je la comprends de ne pas vouloir le dire, pour avoir travaillé dans un collège il est important que le personnel soit au courant et ça peut se faire discrètement en passant par l'infirmière scolaire, qu'elle ne soit pas surprise qu'il arrive quelque chose. même si elle ne fait pas adapter ses repas je pense que c'est important qu'ils sachent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: PAI, projet d'accueil individualisé   Ven 18 Sep 2009, 12:54

ben oui, depuis tout à l'heure c'est ce que je suis entrain de me dire..
je vais voir si on peut prendre rdv avec l'infirmière.
Revenir en haut Aller en bas
Nanoue
Vachement fan de Marcel


Nombre de messages : 5121
Age : 37
Date d'inscription : 31/05/2006

MessageSujet: Re: PAI, projet d'accueil individualisé   Ven 18 Sep 2009, 13:58

oui bien sur que tu prendre rendez vous avec l'infirmière, appelle l'établissement, selon la taille et le type d'établissement elle n'est pas là tous les jours mais elles sont là aussi pour ce genre de situation

entre autre il faut que le personnel de l'établissement sache quoi faire en cas de problème si ta fille ne peut faire seule. et même si elle fait seule, selon les personnes dur qui elle tombe, s'il la voit avec sa seringue ça peut plus ou moins bien passer.

il y a des protocoles à mettre en place (le nom du dispositif m'échappe là tout de suite) avec transmission au personnel concerné, je pense notamment à la vie scolaire qui doit savoir quoi faire et ou trouver ce dont elle a besoin. eux ils sont la tout le temps de présence des élèves.

tu peux spécifier que ta fille ne veut pas qu'on en parle de trop, ça limitera les personnes qui aiment tout raconter dans les établissements. ils feront attention
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: PAI, projet d'accueil individualisé   Ven 18 Sep 2009, 14:37

le souci est que le personnel ne veut pas qu'elle emmène son injection, même avec ordo du médecin... et ils ne veulent pas se former à la faire alors que c'est super simple. bref.. du coup, on fait l'autruche et ce n'est pas la bonne attitude, je sais.
Revenir en haut Aller en bas
VeroV
Tata Hard Rock!


Nombre de messages : 16218
Age : 42
Date d'inscription : 10/03/2005

MessageSujet: Re: PAI, projet d'accueil individualisé   Ven 18 Sep 2009, 15:09

il n'y a pas de PAI en collège ?

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Nanoue
Vachement fan de Marcel


Nombre de messages : 5121
Age : 37
Date d'inscription : 31/05/2006

MessageSujet: Re: PAI, projet d'accueil individualisé   Ven 18 Sep 2009, 15:57

naanni a écrit:
le souci est que le personnel ne veut pas qu'elle emmène son injection, même avec ordo du médecin... et ils ne veulent pas se former à la faire alors que c'est super simple. bref.. du coup, on fait l'autruche et ce n'est pas la bonne attitude, je sais.

alors je veux bien prendre contact pour toi avec une infirmière en collège que je connais mais oui il existe des PAI aussi et je pense qu'ils ont l'obligation de le faire
peut être passer par le médecin scolaire mais là ils sont encore moins dispo
dis moi si tu veux que je la contacte
Revenir en haut Aller en bas
VeroV
Tata Hard Rock!


Nombre de messages : 16218
Age : 42
Date d'inscription : 10/03/2005

MessageSujet: Re: PAI, projet d'accueil individualisé   Ven 18 Sep 2009, 17:32

le PAI se fait obligatoirement avec le médecin scolaire.
un PAI ne peut pas être refusé.
un enseignant ne peut pas refuser de faire une injection (d'adrénaline, de valium..) par contre il doit demander au médecin scolaire de lui expliquer coment faire.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: PAI, projet d'accueil individualisé   Ven 18 Sep 2009, 18:28

mon mari est prof, dans le bahut où est ma fille. il avait une gamine allergique au poulet. elle faisait des chocs anaphylactiques rien qu'aux odeurs. elle a fait un choc dans sa classe, heureusement, l'infirmière était là. il n'était même pas au courant de la situation. et pourtant, il y avait un PAI en place. suite à cet épisode qui l'a passablement traumatisé, il a réclamé 100 fois à sa hierarchie qu'on le forme à faire cette injection, rien n'a été fait, je lui ai montré comment faire, mais légalement, il n'a pas le droit. après il le ferait quand même évidement!
et ses collègues ( enfin certains, pas tous!!) se retranchent derrière l'expression, on est prof pas toubib! je voudrais voir leur réaction si il s'agissait de leur gamin!!
en fait je vais voir l'allergo la semaine prochaine ( euh, non, dans 15 jours...) je vais en reparler avec elle et voir ce qu'on peut mettre en place. j'en ai rediscuté avec ma fille ce soir, pour elle c'est "s'il te plaiiiiiiiit ne dis rien.."

en tout cas merci nanoue, en cas de souci je te demanderai l'avis de ta copine infirmière
Revenir en haut Aller en bas
Nanoue
Vachement fan de Marcel


Nombre de messages : 5121
Age : 37
Date d'inscription : 31/05/2006

MessageSujet: Re: PAI, projet d'accueil individualisé   Ven 18 Sep 2009, 18:47

ok
ça dépend toujours des personnes mais normalement lorsqu'il y a un PAI, donc c'est avec le médecin scolaire mais je pense que c'est l'infirmière qui fait le gros du travail. et ensuite si la communication se fait bien, doivent au courant au minimum prof principal et vie scolaire. s'ils ont la chance d'avoir un infirmière à temps plein tant mieux mais euh ils font comment si vraiment elle est absente pour une raison ou autre
Revenir en haut Aller en bas
VeroV
Tata Hard Rock!


Nombre de messages : 16218
Age : 42
Date d'inscription : 10/03/2005

MessageSujet: Re: PAI, projet d'accueil individualisé   Ven 18 Sep 2009, 19:16

1. Le PAI (Projet d'Accueil Individualisé)

et la scolarisation à l'école des enfants malades


La circulaire n° 2003-135 du 8 septembre 2003 traite d'une manière général de l'accueil des enfants malades en collectivté. Nous ne retiendrons dans cette page que les passages relatifs à la scolarisation, à l'exclusion de l'accueil dans les crêches, haltes-garderies, jardins d'enfants, centres de loisirs, centres de vacances, etc. que nous évoquons à la page "L'accueil ... dans les centres de vacances et de loisirs".
C'est cette circulaire qui instaure le PAI (Projet d'Accueil Individualisé).
Voir circulaire n° 2003-135 du 8 septembre 2003
è Nous présentons la scolarisation des enfants malades en deux chapitres :
- 1. le PAI et la scolarisation à l'école des enfants malades
- 2. le SAPAD et l'aide à domicile

La scolarisation des enfants malades, en effet, peut être favorisée de deux manières, soit par de bonnes conditions d'accueil dans l'école (PAI), objet de cette page, soit par une assistance pédagogique à domicile, objet de la page suivante.
On notera que la loi du 11 février 05 n'a pas modifié les procédures d'accueil des enfants malades fixées par la circulaire du 9 septembre 2003, que le code de l'éducation, Article D351-9 a confirmées.

Une circulaire du 10 novembre 99 avait eu pour objet de favoriser la scolarisation des enfants malades (ou atteints d'une pathologie chronique), en harmonisant au plan national les conditions d'accueil de ces enfants par l'école. Elle préconisait la mise au point d'un PAI (Projet d'accueil individuel).
Cette circulaire a été reprise et précisée dans une nouvelle circulaire du 9 septembre 2003. On notera que cette nouvelle circulaire concerne l'accueil des enfants et des adolescents malades dans les collectivités et pas seulement à l'école.
Le PAI (Projet d'Accueil Individualisé) reste au coeur du dispositif. Le PAI correspond pour les enfants malades à ce qu'est le PPS (Projet personnalisé de Scolarisation) pour les enfants handicapés, mais à la différence du PPS il est simplement passé entre l'école et la famille, avec l'aide indispensable du médecin de santé scolaire (ou pour les moins de trois ans, avec l'aide du médecin de PMI). Il n'a donc pas à faire l'objet d'un examen par la CDAPH et il ne lui est soumis qu'exceptionnellement.
La circulaire propose en annexe un modèle de PAI.

Circ. du 9 sept. 03 - 1.1
(...) , le médecin scolaire (...) détermine les aménagements particuliers susceptibles d’être mis en place.
L’avis de l’équipe éducative est également sollicité sur les dispositions à mettre en œuvre.

Circ. du 9 sept. 03 - 2.1
Le projet d’accueil individualisé (PAI) est avant tout une démarche d’accueil résultant d’une réflexion commune des différents intervenants impliqués dans la vie de l’enfant malade.

Le rôle de chacun et la complémentarité des interventions sont précisés dans un document écrit. (...)
Il est mis au point, à la demande de la famille, ou en accord et avec la participation de celle-ci, par le directeur d’école ou le chef d’établissement (...) en concertation étroite avec, selon le cas, le médecin scolaire, de la PMI (...)
La circulaire du 17 août 06 relative à la mise en oeuvre et au suivi du PPS (Projet Personnalisé de Scolarisation) prévoit que l'enseignant référent peut aussi apporter son concours.
Circ. relative au PPS - 3.2.1
Par ailleurs, l’enseignant référent peut être consulté par les équipes enseignantes, dans une perspective d’aide à l’élaboration du projet d’accueil individualisé en cas de maladie chronique.

Le texte officiel rappelle quelques points essentiels, à savoir
l que le projet est mis au point sous la responsabilité du directeur de l'école ou du chef d'établissement
l qu'il doit faire l'objet d'une rédaction écrite
l que c'est toute l'équipe éducative qui est associée à son élaboration
l et que le médecin de santé scolaire, en particulier, est appelé à jouer un rôle important dans l'élaboration de ce projet.
Il s'attache en particulier à la question des régimes alimentaires.

Le rôle essentiel du médecin scolaire

C'est de fait le médecin scolaire qui est le véritable pivot du PAI, car c'est lui qui est le mieux placé, - notamment parce qu'il est le seul habilité à entrer en relation avec le médecin traitant, - pour préciser les conditions de la scolarisation des enfants malades et les attentions particulières dont ils doivent bénéficier. Son intervention, en outre, constitue une "couverture" pour les enseignants en terme de responsabilité civile, elle est donc de nature à les rassurer.

On conseillera donc aux parents concernés de rencontrer le médecin scolaire de l'école ou du collège pour envisager avec lui le contenu et les modalités du ¨PAI, - lequel PAI sera mis en place en dernier ressort sous la responsabilité du directeur de l'école ou du chef d'établissement.
On trouvera dans ce site deux témoignages sur l'action des médecins scolaires, aux pages
- L'équipe éducative
- et Le médecin de l'Education nationale et l'intégration
Ajoutons que du point de vue du PAI et de la scolarisation des enfants malades, il paraît évidemment très indiqué d'avoir un corps de médecins proches des enseignants et bien intégrés institutionnellement à l'école.

Pour une utilisation élargie du PAI ?
Lorsque la situation d'un élève handicapé en raison d'un trouble invalidant n'a pas de répercussions notables sur la poursuite de sa scolarité, la mise en oeuvre d'un projet d'accueil individualisé semble pouvoir suffire

Code de l'éducation - Article D351-9
Lorsque la scolarité d'un élève, notamment en raison d'un trouble de la santé invalidant, nécessite un aménagement sans qu'il soit nécessaire de recourir aux dispositions prévues (pour les élèves handicapés) un projet d'accueil individualisé est élaboré avec le concours du médecin de l'éducation nationale ou du médecin du service de protection maternelle et infantile (...) par le directeur d'école ou le chef d'établissement. (...)
Dans le même sens, les textes prévoient qu'un 'enseignant réfrérent peut être consulté par l'équipe éducatives, pour avis, avant la mise en place d'un PAIenvisagé pour un enfant malade !
Circ. du 17 août 2006 relative au PPS - 3.2.3
l’enseignant référent peut être consulté par les équipes enseignantes, dans une perspective d’aide à l’élaboration du projet d’accueil individualisé (...) en cas de maladie chronique.

Note à propos du modèle de PAI
La circulaire du 8 sept. 2003 propose en annexe un modèle de PAI, mais certaines associations proposent d'autres modèles mieux adaptés aux besoins spécifiques d'une maladie particulière. On en trouve quelques exemples sur le site de l'AFPSSU
- l'association Vaincre la Muscoviscidose:
http://www.afpssu.com/ressources/paimucoviscidose.pdf
- l'association Française pour la Prévention des Allergies
http://www.afpral.asso.fr/sinformer-sur-les-allergies/dossiers-de-lafpral/modele-de-pai-projet-daccueil-individua.html
- un exsemple de PAI pour jeune diabétique
http://fam.gillard.free.fr/Documents/pai.pdf

Des questions délicates
L'accueil d'un enfant maladie peut poser parfois aux enseignants des questions délicates à propos des tratements qu'on peut leur demander d'appliquer. Ils trouveront souvent des réponses sur le site integrascol, qu'ils peuvent d'ailleurs interroger : http://www.integrascol.fr ou sur le site de l'AFPSSU http://www.afpssu.com

Exemple : les injections à l'école

Les injection ne sont préconisées à l’école que dans le cadre de pathologies qui peuvent présenter un risque vital immédiat ou à court terme.
Voir http://www.integrascol.fr/fichemaladie.php?id=15
Exemple : la prise de médicaments à l'école
"Dans les écoles maternelles et élémentaires, les parents mettront à la disposition du directeur ou du maître le médicament accompagné d’une copie de l’ordonnance médicale en cours de validité ainsi que leur demande écrite. De plus, l’enseignant aura soin de mettre les produits pharmaceutiques en lieu sûr. Il n’est pas possible, en effet, que l’enfant en dispose lui-même."
(Source : circulaire n° 92-194 du 29 juin 1992 : http://www.ac-nancy-metz.fr/ia88/IENRambervillers/textes/sida.htm )
Voir : http://www.afpssu.com > L'"école > Prise de médicaments
Compléments : Des informations sur le fonctionnement de la santé scolaire et sur les missions des médecins de l'Education nationale. Textes officiels et dossiers thématiques.
Voir http://www.afpssu.com/ Le site de l'AFPSSU (Association Française de Promotion de la Santé Scolaire et Universitaire).
et http://www.ascomeden.com/ Le site de l'ASCOMED (Association des Médecins Conseillers Techniques de l'Education Nationale).

-------------------------------------------------------------------------------------


Injections à l'école


Les injections ne sont préconisées à l’école que dans le cadre de pathologies qui peuvent présenter un risque vital immédiat ou à court terme.

Dans tous les autres cas, les injections devraient pouvoir se faire en dehors des créneaux scolaires. Un départ en classe de nature peut nécessiter de prévoir une organisation particulière.




Le cadre juridique

En 2003, La circulaire interministérielle n° 2003-135 du 8/9/2003 (1) relative à l’accueil en collectivité des enfants et des adolescents atteints de troubles de la santé évoluant sur une longue période, est le texte sur lequel s’appuient les personnels de l’Éducation nationale, ceux du ministère de l’Agriculture et des Collectivités territoriales. La co-signature des différents ministres concernés permet ainsi son application dans la très grande majorité des collectivités d’accueil.

- Dans les écoles et établissements scolaires : les informations recueillies auprès de la famille, du médecin de PMI ou du médecin prescripteur, permettent au médecin de l’Éducation nationale de déterminer les aménagements susceptibles d'être mis en place et les dispositions à mettre en œuvre avec l'équipe éducative sollicitée.

- Dans les crèches, haltes-garderies, jardins d'enfants : c’est le médecin attaché à l'établissement qui donne son avis lors de l'admission, après examen de l'enfant en présence des parents.

- Dans les centres de vacances et de loisirs sans hébergement : ces centres ne bénéficient pas d'un personnel médical qualifié, mais des recommandations ont été conçues et des mesures sont envisagées pour faciliter l’accueil des enfants atteints de troubles de santé.


Quelles sont les personnes autorisées par la loi à pratiquer une injection médicamenteuse ?

Ce sont les médecins et les infirmières, dont les actes ont été fixés par arrêté du 6 janvier 1962 pour les médecins (2), par décret du 15 mars 1993 pour les infirmières (3).

Dans le cas du stylo auto injectable, le Conseil national de l’Ordre des médecins a donné un avis en date du 30 août 2000 : « Il nous apparaît évident, qu'à ces proches évoqués dans le protocole doivent être assimilés, dans le cadre d'une bonne compréhension et d'une bonne mise en pratique de la solidarité nationale, les personnels de la communauté éducative ».
Le Conseil d’État en date du 22 janvier 2001 donne également un avis : Le Code de la Santé publique interdit à toute personne de pratiquer des actes médicaux si elle n’est pas médecin ou si elle n’y a pas été spécialement habilitée par un règlement, (article L 4111-1). Ne relève pas de cette interdiction la distribution des médicaments si elle correspond « à l’aide à la prise d’un médicament prescrit apportée à une personne malade empêchée d’accomplir ce geste ».Il est essentiel de bien comprendre que cette injection n’intervient que dans une situation très particulière : il s’agit de cas exceptionnels et subordonnés à une situation d’urgence à risque vital immédiat. En définitive, par l’urgence on se situe très loin du cadre des condamnations pour exercice illégal de la médecine. La circulaire encourage les enseignants « à tout mettre en œuvre pour que le traitement injectable puisse être administré avant l’arrivée des secours ».







Le problème posé est celui de la responsabilité

La responsabilité administrative
Loi du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires
Article 11 : Lorsqu’un fonctionnaire a été poursuivi par un tiers pour faute de service et que le conflit d’attribution n’a pas été élevé, la collectivité publique doit, dans la mesure où une faute personnelle détachable de l’exercice de ses fonctions n’est pas imputable à ce fonctionnaire, le couvrir des condamnations portées contre lui. (…) La collectivité publique est tenue d’accorder sa protection au fonctionnaire ou à l’ancien fonctionnaire dans le cas où il a fait l’objet de poursuites pénales à l’occasion de faits qui n’ont pas le caractère de faute personnelle. Les dispositions du présent article sont applicables aux agents publics non titulaires.

La Responsabilité Pénale : l’irresponsabilité pénale n’existe pas, tout fonctionnaire de l’État peut être attaquable au pénal
• Les délits d’imprudence, de négligence, de maladresse et d’inattention (code pénal, article 121-3 (4) et 221-6 (5).
• La mise en danger de la personne (code pénal article 223-1 (6).
• La loi n° 2000-647 du 10 juillet 2000 (7) tendant à préciser la définition des délits non intentionnels : les personnes physiques qui n'ont pas causé directement le dommage, mais qui ont créé ou contribué à créer la situation qui a permis la réalisation du dommage ou qui n'ont pas pris les mesures permettant de l'éviter, sont responsables pénalement s'il est établi qu'elles ont, soit violé de façon manifestement délibérée une obligation particulière de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement.
Tout adulte doit pratiquer l’injection si celle-ci a été préconisée dans le protocole d’urgence du PAI et avertir les secours dans les meilleurs délais. La circulaire du 8 septembre 2003 rappelle une possible mise en responsabilité pour non assistance à personne en péril (art. 223-6 du Code pénal) (Cool en cas de refus de pratiquer les soins s’il y a risque vital.

Aspects juridiques
Le PAI n’est pas une loi, il est avant tout un acte d’insertion, un acte de solidarité qu’exerce la société pour accueillir les enfants ayant un problème de santé.
Son origine est administrative puisque, depuis sa création en 1993, sa rédaction est organisée par des circulaires qui ne peuvent faire que des recommandations. Cependant ces circulaires font référence à des lois intégrées dans plusieurs codes (Code de la Santé publique, Code Pénal, Code de l’Éducation, Code de la Fonction publique, Code général des Collectivités territoriales, Code de Déontologie médicale) et à un certain nombre de décrets et d’arrêtés. En outre la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées renforce la nécessité de tout mettre en œuvre pour faciliter la scolarisation des enfants atteints de problèmes de santé.



Injections en situation d’urgence : exemples

En raison de son état l’enfant n’est pas en état de faire l’injection seul.

L’hypoglycémie : C’est le cas où il faut agir vite. L’enfant doit avoir à disposition une trousse d’urgence contenant du glucagen© injectable, le matériel stérile nécessaire à l’injection, les coordonnées du diabétologue ou du médecin traitant. L’injection ne peut être faite par l’équipe éducative et il faut avoir prévu quel médecin proche appeler (voire fiche diabète).

Le choc anaphylactique : Pour les enfants allergiques, le PAI prévoit la possibilité de faire une injection avec le stylo auto injectable car la constitution rapide d’un état de choc allergique peut engager le pronostic vital dans un délai très bref, avant même l’arrivée des secours d’urgence médicalisés.
Ce stylo contient de l'adrénaline, il est le médicament de l'urgence allergique que tout allergique sévère doit avoir sur soi en particulier les allergiques alimentaires. Il est utilisé dans les cas d'urgence allergique, en particulier de choc anaphylactique. Le médecin qui prescrit l'adrénaline auto-injectable doit soigneusement expliquer la façon de se servir du kit. Les proches et les enseignants doivent être informés. Outre sa facilité d’utilisation, il n’a pas l’aspect extérieur d’une seringue. Ceci permet de vaincre un certain nombre de réticences et d’appréhensions.
L'usage est unique et l'injection doit avoir lieu dans la cuisse : il suffit d’appliquer le stylo contre la cuisse et d'appuyer pour relâcher une aiguille qui pénètre automatiquement dans le corps (même à travers un vêtement) et injecte la dose d'adrénaline. Tout allergique peut conserver ce stylo en permanence sur lui car il se conserve à température ambiante (voir fiche allergie).

La crise convulsive prolongée et l’injection intrarectale de Valium (fiche épilepsie)
Dans le cadre de la circulaire du PAI de 2003, l’injection intrarectale n’est plus autorisée comme c’était le cas dans le texte de 1999. Cette restriction a été formulée par les services juridiques en raison des accusations d’attouchements qui ont été portées à l’encontre des enseignants.






Injections hors de l’urgence

Ces cas doivent rester tout à fait exceptionnels car ils ne sont pas prévus dans la circulaire de 2003. Ces situations sont donc prévues et organisées d’avance en fonction de l’autonomie de l’enfant.
- Si l’enfant est trop jeune pour se prendre en charge : une personne doit être désignée par la famille pour venir faire ces injections puisque à l’école primaire il n’y a aucun personnel de santé à demeure pouvant les faire.
- Si l’enfant est capable d’adapter seul son traitement, un lieu adapté, propre et isolé lui est désigné.

Il peut s’agir :
- soit d’une adaptation du traitement nécessaire pendant les heures scolaires : exemples hyperglycémie : L’enfant diabétique règle sa glycémie par des injections d’insuline pratiquées 2 à 3 fois par jour. L’insuline ne peut être administrée que par injection. À l’école, les élèves utilisent le plus souvent un stylo injecteur, discret comme un stylo à encre, placé dans leur poche ou dans leur cartable.
- soit d’un départ en classe de nature. Si l’enfant n’est pas autonome, il convient de trouver sur le lieu de séjour un personnel qualifié pouvant venir faire ces injections.






La trousse d’urgence

La trousse d'urgence est un élément indispensable autant à la maison que dans la voiture, à l’école et en voyage. Elle doit être pratique, ne contenir que l'indispensable et son contenu doit être régulièrement revu.
Comment la constituer ? La trousse d’urgence contient les médicaments prescrits par le médecin qui suit l’enfant. Les médicaments doivent être limités au strict nécessaire.
Pour être efficace, la trousse d’urgence doit répondre à certains impératifs :
• Simple à utiliser
• Facile à transporter : elle doit suivre l’enfant dans tous ses déplacements.
• Accessible à tout moment : Chaque membre de l’équipe éducative doit connaître l’endroit où elle est déposée.
• Comporter les médicaments vraiment indispensables avec l’ordonnance de prescription.
• Être entretenue et contrôlée régulièrement par les parents qui remplacent les produits utilisés et renouvellent les produits périmés. Tous les médicaments devraient être renouvelés au moins une fois par an, même si leur date de péremption n’est pas atteinte, les ampoules deux fois par an dans les régions tempérées. En outre, les parents s’engagent à informer le médecin de l’Éducation nationale ou de l’institution en cas de changement de la prescription médicale.
• Rangée en respectant les règles de conservation des produits qui peuvent être altérés par la température, la lumière, l’humidité ou les vibrations.
• Comporter le répertoire téléphonique avec les numéros des services d'urgences hospitaliers, du médecin traitant et des parents.
• Contenir le PAI et le protocole d’urgence.






Glossaire

(1) Circulaire n° 2003-135 du 8-09-2003. BO n° 34 du 18-09-03 relative à l’accueil des enfants et adolescents atteints de troubles de santé.
(2) Arrêté du 6 janvier 1962 liste des actes médicaux ne pouvant être pratiqués que par des médecins ou pouvant être pratiqués par des auxiliaires médicaux ou par des directeurs de laboratoires d’analyse médicales non médecins.
(3) Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 relatif aux actes professionnels et à l'exercice de la profession d'infirmier.
(4) JO du 1er février 1962.
(5) Article 221-6 : Le fait de causer, dans les conditions et selon les distinctions prévues à l'article 121-3, par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou le règlement, la mort d'autrui constitue un homicide involontaire puni de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 euro d'amende. En cas de violation manifestement délibérée d'une obligation particulière de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou le règlement, les peines encourues sont portées à cinq ans d'emprisonnement et à 75 000 euros d'amende.
(6) Article 223-1 : Le fait d'exposer directement autrui à un risque immédiat de mort ou de blessures de nature à entraîner une mutilation ou une infirmité permanente par la violation manifestement délibérée d'une obligation particulière de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou le règlement est puni d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euro d'amende.
(7) Loi n° 2000-647 du 10 juillet 2000 tendant à préciser la définition des délits non intentionnels.
(Cool Article 223-6 : Quiconque pouvant empêcher par son action immédiate, sans risque pour lui ou pour les tiers, soit un crime, soit un délit contre l'intégrité corporelle de la personne, s'abstient volontairement de le faire est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende. Sera puni des mêmes peines quiconque s'abstient volontairement de porter à une personne en péril l'assistance que, sans risque pour lui ou pour les tiers, il pouvait lui prêter soit par son action personnelle, soit en provoquant un secours.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Céline
Ch'tite maman


Nombre de messages : 4192
Age : 38
Date d'inscription : 10/08/2005

MessageSujet: Re: PAI, projet d'accueil individualisé   Sam 19 Sep 2009, 08:43

Et bien , bon courage à la grande Elisa et ça ne t esimplifie pas la vie dis donc toutes ces allergies naani...

ça ne doit pas être simple avec Elisa en plus avec l'adolescence, je comprends son envie de discrétion mais en meme temps c'est important que ces profs soient au courant...
pas simple cette histoire.

Bonne idée pour le post sur le PAI...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: PAI, projet d'accueil individualisé   Sam 19 Sep 2009, 12:02

ben non.. le pire c'est qu'il n'y a pas d'inf à plein temps... c'est bien pour cela que mon mari voulait savoir comment on fait cette injection.. si l'inf n'est pas là, c'est la proviseure qui s'en charge.. ok, mais il faut la trouver, elle n'est pas forcément dans son bureau... bref, cela m'angoisse de plus en plus cette histoire!!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: PAI, projet d'accueil individualisé   Aujourd'hui à 01:53

Revenir en haut Aller en bas
 
PAI, projet d'accueil individualisé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» projet d'accueil
» évaluation d'un projet d'accueil de jour
» Attentes vis-à-vis d'une nounou / accueillante d'enfants
» Projet mini-bibliothèque en centre de loisirs pour enfants
» Docteurs ONE et bureau FNTE : Délibération projet loi 40-09

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE FORUM VIOLET :: ETRE UNE MAMAN VIOLETTE :: bébé et enfant au quotidien-
Sauter vers: