LE FORUM VIOLET



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 l'allaitement très long

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
kikabebe
Violette pourpre
avatar

Nombre de messages : 1250
Age : 31
Date d'inscription : 20/10/2011

MessageSujet: l'allaitement très long   Lun 13 Fév 2012, 20:20

ce soir je regarde "tous differents" sur nt1...il titre "j'allaite toujours mon enfant de 8 ans"
il y a une famille avec des jumeaux de 2 ans....la maman a décidé de les sevrer d'un coup! elle leur dit demain y'aura plus de lait et elle s'y tient!
les gamins passent la journée a demander la tétée et surtout a pleurer, pareil pour la nuit!
ça m'a fait mal au coeur pour les petits! moi, je vous le dit, même si j'avais pas envie de le sevrer, bah j'ai encore moins envie Razz
Revenir en haut Aller en bas
kikabebe
Violette pourpre
avatar

Nombre de messages : 1250
Age : 31
Date d'inscription : 20/10/2011

MessageSujet: Re: l'allaitement très long   Lun 13 Fév 2012, 20:51

ils y sont arrivé tout de meme, aprés 2 jours de pleurs....la fin du reportage été bien plus soft Smile
Revenir en haut Aller en bas
VeroV
Tata Hard Rock!
avatar

Nombre de messages : 16218
Age : 43
Date d'inscription : 10/03/2005

MessageSujet: Re: l'allaitement très long   Mar 14 Fév 2012, 18:28

en même temps, à 2 ans, je crois que la maman a suffisamment prêté ses nénés et si elle a envie de retrouver son corps et son espace vitale c'est son droit. c'est pas comme si ses jumeaux avaient 2 mois.

allaiter 2 ans des jumeaux, c'est pas rien non plus non ?
pourquoi la faire culpabiliser de vouloir arrêter ?
et je me refuse de croire qu'elle les a sevrés comme ça, sans même en avoir parlé un peu avant. je pense qu'elle a dû les préparer.
ensuite, elle a peut préféré arrêter d'un coup pour que ça soit plus facile à gérer, pour elle.
à 2 ans, le sevrage progressif n'est peut être pas indispensable...


et puis les reportages TV font dire ce qu'ils veulent

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: l'allaitement très long   Mar 14 Fév 2012, 18:44

moi je ne comprends pas trop ce parcours...
partir dans un allaitement long, être à l'écoute de son/ ses enfants...et pis paf, un jour, un matin j'en ai marre, ce sont MES nénés, l'enfant n'y a plus droit...je trouve cela violent.

je comprends que les mamans aient besoin de retrouver leur intégrité, mais quelque part, c'est toujours la toute puissance de l'adulte qui use de sa force et de son pouvoir sur l'enfant.
tu peux têter aujourd"hui, demain, non, c'est fini...
comment un enfant peut il intégrer celà?
je me mets à la place de l'enfant quand je dis ça.
Revenir en haut Aller en bas
VeroV
Tata Hard Rock!
avatar

Nombre de messages : 16218
Age : 43
Date d'inscription : 10/03/2005

MessageSujet: Re: l'allaitement très long   Mar 14 Fév 2012, 20:49

moi je dis, on n'était pas là quand ils ont filmé et je ne crois pas qu'une femme qui a allaité ses jumeaux 2 ans puisse arrêter comme cela du jour au lendemain, sans avoir préparé ses enfants.

ensuite, qu'elle leur ait imposé le sevrage, oui, pourquoi pas, il y a un post sur le sevrage à 2 ansjustement ouvert par M où plusieurs d'entre nous disent qu'elles ont arrêté d'un coup mais l'enfant y avait été préparé. (à savoir on explique à l'enfant pourquoi on va arrêter et on le rappelle jusqu'au jour J)

quand vous sevrez un enfant de sa tutute, on n'étale pas le sevrage sur 15 jours. on lui en parle, on lui explique, on lui rappelle que c'est bientôt la fin, on le prépare, et un jour, il n'y a plus de tutute;
hé bien, à 2 ans, on peut faire pareil pour le sein.
comme toute rupture ça reste douloureux. si l'enfant a été préparé, ça sera moins rude, mais ce n'est pas non plus un crime.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
ka83
Violette accro
avatar

Nombre de messages : 1679
Age : 37
Date d'inscription : 25/06/2007

MessageSujet: Re: l'allaitement très long   Mer 15 Fév 2012, 08:23

euh pour la tétine non plus je ne crois pas que l'on puisse faire ça du jour au lendemain si ça ne vient pas de l'enfant
Revenir en haut Aller en bas
Annem
Fée des granules
avatar

Nombre de messages : 12920
Age : 48
Date d'inscription : 11/03/2005

MessageSujet: Re: l'allaitement très long   Mer 15 Fév 2012, 09:03

je ne suis pas d'accord avec toi véro. pour avoir vécu deux sevrages naturels, je peux t'assurer que de faire qqch de violent et ultra rapide, c'est pas cool pour l'enfant. personnellement, je ne me serai jamais sentie de faire ça tout simplement parce que je sentais que ça n'aurait pas été bien.
je ne sais pas si ce reportage montre la réalité de la vie de cette mère ou pas (je ne l'ai pas vu) mais je sais que les montages sont très nombreux à la télé et qu'on peut leur faire dire à peu près ce qu'on veut, voire l'inverse de ce qui a été vraiment filmé. il suffit juste de choisir les phrases ou mots et de raccorder comme on veut. c'est pas dur et la plupart des émissions "putassières" le font... et c'est quoi cette émission si ce n'en est pas une ? bref, ça ne change pas un fait, c'est qu'un sevrage est toujours brutal pour un enfant, et ce quel que soit l'âge, tant qu'il ne vient pas de lui. ça nous tranquillise de croire le contraire et de faire les choses lentement, mais même quand c'est bien géré, c'est psychiquement violent pour l'enfant et on n'y peut rien. c'est tout aussi violent que la séparation d'avec la mère parce qu'il faut retourner bosser ou l'arrivée en ce monde parce qu'il faut bien naître un jour. alors ok, vous me direz que toute ces violences là peuvent être atténuées au mieux par notre écoute et notre instinct qui nous pousse à faire de notre mieux pour, mais n'empêche que ça restera quand même un truc imposé et que comme tous les trucs imposés, ça engendre des frustrations difficiles à gérer pour un enfant qui ne les a pas demandées. on pourrait en remplir des pages que ce fait-là ne changerait pas. ensuite, une fois qu'on a compris ce fait, on fait de notre mieux avec la situation que la vie nous propose ou nous impose (et dieu sait que des choses, on nous en impose à longueur de temps !). pour cette maman, comme tu dis, véro, on ne sait sans doute pas tout. maintenant, je suis assez de l'avis de naanni qui dit que le sevrage brutal à 2 ans alors qu'on ne l'a pas fait jusque là, ça semble en antithèse avec son parcours... c'est aussi ce qui me laisse penser qu'on ne sait pas tout.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: l'allaitement très long   Mer 15 Fév 2012, 10:44

annem comme d'hab tu as su parfaitement mettre en mot ce que j'avais dans ma tête!!! mais que je n'arrive pas à exprimer!!! fou
Revenir en haut Aller en bas
Annem
Fée des granules
avatar

Nombre de messages : 12920
Age : 48
Date d'inscription : 11/03/2005

MessageSujet: Re: l'allaitement très long   Mer 15 Fév 2012, 11:00

lol ;)

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
kikabebe
Violette pourpre
avatar

Nombre de messages : 1250
Age : 31
Date d'inscription : 20/10/2011

MessageSujet: Re: l'allaitement très long   Mer 15 Fév 2012, 17:24

ouaou! quel débat! moi qui avait juste besoin de dire un minimum de chose sur ce que ce reportage m'a fait ressentir...
en fait, la maman a allaité ses jumeaux a la demande, jours et nuits pendant 2 ans!
mais là, elle disait qu'elle été fatiguée et que son couple avait besoin de se retrouver. d'aprés ce qu'on voyait elle leur expliquai depuis environs une semaine et la veille du sevrage elle refaisait un point avec ses enfants (accompagné de son mari). le lendemain plus aucune tétés, les enfants pleuraient beaucop, surtout le soir! puis au bout du 2eme jours on voyait que ça allait mieux, alors le papa expliquai qu'il leur avait acheté une tasse chacun (tasse de grand) et qu'ils étaient fiere de boire du lait de vache dedans.
a la fin la maman, disait que c'était difficile car elle avait encore beaucoup de lait et que donc elle avait faillit cédé a son garçon, la nuit, et que ça l'ennuyai de faire couler tout ce surplus de lait dans son bain.
voilà, ce que la tv nous montrais. Smile

de voir les enfants, si malheureux, je me suis dit que j'essairais plutot de laisser mon bébé se sevrer seul ou alors de réduire petit a petit le nombre de tété, selon ce qui me praitra le mieux le moment venu.
Revenir en haut Aller en bas
rosa
Violine
avatar

Nombre de messages : 184
Age : 42
Date d'inscription : 27/09/2011

MessageSujet: Re: l'allaitement très long   Mer 15 Fév 2012, 19:30



perso jai sevré Lana à 2 ans parce que j'étais enceinte de 6mois et que je n'en pouvais plus tellement c'était douloureux ...
je l'a sevré doucement en y mettant des mots mais en lui disant tout de même maman à besoin d'arrêter
elle ne m'a jamais réclamer ....par la suite

j'ai sevré Adam à 3ans parce qu'il ne mangé rien je l'ai sevré en douceur bien sur et aujourd'hui il a 5 ans et fait encore semblant de tt

je dirais donc que le plus nostalgique des 2 c'est Adam Smile)

il faut effectivement faire les choses en douceur mais si la maman est arrivé au bout l'enfant peut aussi l'entendre Smile)
Revenir en haut Aller en bas
Clairounette
Violette for ever
avatar

Nombre de messages : 3058
Age : 36
Date d'inscription : 18/10/2009

MessageSujet: Re: l'allaitement très long   Mer 15 Fév 2012, 20:47

Tout à fait d'accord avec naanni et anne : allaiter jusqu'à 2 ans pour que le sevrage se fasse dans la douleur, il n'y a aucun intérêt !! Je me le répète quasi tous les jours.... J'aimerai tellement que "notre" sevrage se fasse en douceur et naturellement.... Bon, c'est pas le post !

Sinon, pour rebondir au reportage (ça faisait 3 fois qu'il passait, j'ai reçu des sms à chaque fois, genre "ça me fait penser à toi"), j'ai vu la fin avec Carelle, et bah, le "quelle horreur", c'était pour la gamine de 8ans !!!!!!!!!!!

NON, NON, NON !!! Ca, ça m'ait juste inconcevable !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.les-dessous-de-maman.com
VeroV
Tata Hard Rock!
avatar

Nombre de messages : 16218
Age : 43
Date d'inscription : 10/03/2005

MessageSujet: Re: l'allaitement très long   Jeu 16 Fév 2012, 07:36

Clairounette a écrit:
bah, le "quelle horreur", c'était pour la gamine de 8ans !!!!!!!!!!!

NON, NON, NON !!! Ca, ça m'ait juste inconcevable !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

qu'est-ce qui te sembalit inconcevable ?

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
kikabebe
Violette pourpre
avatar

Nombre de messages : 1250
Age : 31
Date d'inscription : 20/10/2011

MessageSujet: Re: l'allaitement très long   Jeu 16 Fév 2012, 08:22

c'est vrai que j'ai trouvé ça fou fou , mais surtout, j'ai pas compris pourquoi la fille de 8ans été encore allaitée alors que celle de 5 ans (je crois) demande à l'être encore mais ne l'ai plus. en fait ce qui m'a le plus gêné dans cette partie du reportage, c'est la frustration de la pmlus jeune et sa jalousie envers le relation qui existait encore entre sa maman et sa grande soeur.
Revenir en haut Aller en bas
Clairounette
Violette for ever
avatar

Nombre de messages : 3058
Age : 36
Date d'inscription : 18/10/2009

MessageSujet: Re: l'allaitement très long   Jeu 16 Fév 2012, 08:33

VeroV a écrit:
Clairounette a écrit:
bah, le "quelle horreur", c'était pour la gamine de 8ans !!!!!!!!!!!

NON, NON, NON !!! Ca, ça m'ait juste inconcevable !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

qu'est-ce qui te sembalit inconcevable ?

Que la gamine de 8ans soi encore allaitée....
Revenir en haut Aller en bas
http://www.les-dessous-de-maman.com
VeroV
Tata Hard Rock!
avatar

Nombre de messages : 16218
Age : 43
Date d'inscription : 10/03/2005

MessageSujet: Re: l'allaitement très long   Jeu 16 Fév 2012, 08:34

hé bien moi je ne m'imagine pas mais alors pas du tout du tout avec ma faustine encore au sein............................

ça fait belle lurette que je ne la lave plus car elle ne le souhaite plus, elle ferme la porte des toilettes depuis déjà un moment, elle me repousse si je suis un peu trop intrusive....

non, a grande bique de 28 kg et de 1m28 au sein, nan, c'est juste pas possible...


sans faire de psychologie de comptoir, fait quand même avoir un truc qui tourne pas rond pour allaiter son enfant jusqu'à cet âge. c'est le maintenir dans une relation infantile et de dépendance émotionnelle. on le maintient à soi, on l'empêche de s'ouvrir aux autres. la socialisation est faite à 4 ans. c'est pas sain du tout
à 8 ans on mange solide et on mange différent. le lait maternel n'est plus nécesaire et n'est plus un plus.
à 8 ans, on sait avoir des relations affectives autres qu'en têtant le sein.

allez je veux bien si l'enfant a des défenses immunitaires très pauvres qu'on tire son lait et qu'on le lui donne au verre si vraiment c'est vital pour lui, à 8 ans... mais le laisser continuer à têter le sein....
faut que la mère fasse un point avec un psy.... alien

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Annem
Fée des granules
avatar

Nombre de messages : 12920
Age : 48
Date d'inscription : 11/03/2005

MessageSujet: Re: l'allaitement très long   Jeu 16 Fév 2012, 10:16

je comprends pourquoi tu dis ça, véro, mais je te trouve quand même dure. tu fais un jugement à l'emporte-pièce, même si je te concède que 8 ans ça peut être long, il y a des cultures où l'allaitement est encore plus long que ça et où ça ne gêne personne (quelle que soit la raison pour laquelle c'est plus long).
on pourrait faire le même reproche que tu le fais pour 8 ans mais pour 4 ans ou 5 ans... quelle différence finalement ? j'ai allaité très longtemps (bon, pas 8 ans, c'est vrai, mais juste parce que les choses ne se sont pas présentées comme ça) et je n'ai pourtant pas la sensation d'être condamnable et pas non plus la sensation d'avoir besoin d'un psy pour régler quoi que ce soit à ce niveau-là. alors oui, j'ai eu recours à un psy à un moment, mais c'était certainement pas pour l'allaitement !
l'allaitement long, c'est essentiellement un pb de positionnement personnel. quand on est vraie avec soi-même et bien positionnée quand au fait de donner de son lait à un enfant, ça se passe très bien. quand on est dans le doute, le manque de confiance en ce qu'on fait ou dans la peur du jugement des autres, ça coince. c'est pas plus compliqué que ça. et il faut une sacré force de caractère pour tenir envers et contre tous les jugements et les regards accusateurs, contre tous les gens qui au final ne comprennent pas et ne cherchent pas vraiment à comprendre le pourquoi de ce qu'on initie. c'est bien pour ça que le positionnement personnel est capital !
je ne sais rien de cette maman donc je ne peux pas vraiment me prononcer sur elle mais j'ai accompagné assez de mamans dans leurs allaitements pour avoir compris que chaque mère vit les choses différemment. certaines croient être bien positionnées et ne le sont pas en définitive parce qu'elles tombent dans quelque chose de radical et d'extrême. est-ce son cas ? je ne sais pas. mais pour moi, se positionner comme ça c'est pas plus équilibré que de refuser catégoriquement l'allaitement sous prétexte que les seins c'est sexuel avant tout. ces mamans ne cherchent pas à regarder ce qu'elles ont au fond d'elles-mêmes, elles se laissent ballotter par les aléas de la vie et de la société qui les entourent et luttent, luttent et luttent encore, mais sans vraiment savoir contre quoi elles se battent vraiment. l'allaitement long n'est pas un combat et n'a pas à l'être. c'est une décision qu'on prend un jour tout au fond de soi parce qu'on sent que c'est bon pour l'enfant et qu'on se rend compte que ça peut aussi être bon pour nous, bon pour la relation qu'on tisse ensemble. ensuite, c'est à nous de maintenir ce fameux positionnement dans un équilibre, dans une sorte de médiane, pour ne pas se fourvoyer dans quelque chose qui peut devenir malsain, tant aux yeux des autres qu'à nos propres yeux. on n'y arrive pas toutes c'est vrai... parce qu'on n'est tout simplement pas toutes pareilles.
je ne sais pas trop comment cette maman se positionne par rapport à cette fille de 8 ans, mais vu qu'elle semble encore allaiter la plus grande tout en ayant sevré la plus petite et que ça crée conflit (ce qui est sommes toutes assez logique vu l'illogisme de la situation, je le concède !), elle devrait sans doute repenser un peu son positionnement et voir où elle se situe vraiment... mais comme je le disais, on n'est pas toutes capables de sentir qu'on se déséquilibre et encore moins toutes capables de se rééquilibrer... un positionnement juste ne mène personne à la souffrance, ni l'enfant, ni la maman, ni la fratrie, ni l'entourage proche. il est juste vécu avec naturel... et il faut bcp de travail sur soi pour en arriver là... autant qu'une vie sereine...



d'ailleurs, petit lien en passant, j'aime bien cet article, même s'il date un peu, il a le mérite d'être plein de bon sens Smile
http://www.cairn.info/revue-spirale-2003-3-page-99.htm

et celui-ci est assez intéressant aussi:
http://www.info-allaitement.org/sevrage-chez-les-singes.html
(sachant que chez les inuits, l'allaitement "long" peut se prolonger parfois jusqu'à 15 ans... Mr. Green )

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Annem
Fée des granules
avatar

Nombre de messages : 12920
Age : 48
Date d'inscription : 11/03/2005

MessageSujet: Re: l'allaitement très long   Jeu 16 Fév 2012, 10:49

et de quoi recentrer les choses et voir qu'ailleurs, ça peut être bien aussi et que le regard de notre société est pour beaucoup dans nos jugements, quels qu'ils soient. Wink

http://change-le-monde.com/archives/345

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Blandine
Violette absolue
avatar

Nombre de messages : 9323
Age : 38
Date d'inscription : 11/03/2005

MessageSujet: Re: l'allaitement très long   Jeu 16 Fév 2012, 10:53

Bien dit Anne, tout est question de point de vue.
Revenir en haut Aller en bas
Gaëlle
Maman des trouspinettes
avatar

Nombre de messages : 6463
Age : 39
Date d'inscription : 09/03/2005

MessageSujet: Re: l'allaitement très long   Jeu 16 Fév 2012, 14:50

Je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi Anne.
Sans faire des jugements hâtifs et des généralités sur les mères qui choisissent des allaitements longs, il y en a quand mêm beaucoup qui n'ont pas anne ta lucidité et ta clairvoyance par rapport aux limites à poser par rapport à cela, par rapport au sens que cet allaitement long peut avoir dans la relation à son enfant.
Bien sûr qu'il faut être à l'écoute de son enfant et que c'est lui bien souvent qui nous montre le chemin de la relation, la voie pour le comprendre et l'aider. Mais c'est aussi à nous parents, de lui montrer les limites de chaque chose. Et sentir à un moment donné qu'il est temps de passer à autre chose, à une autre forme de relation au monde, aux autres, pour lui, pour son développement, c'est ça aussi notre rôle de parent. Pourquoi voir cela forcément comme une violence qu'on lui ferait ou une décision qu'on lui ferait subir sans lui demander son avis?
Quand on dit non à son enfant qui ouvre tous les placards, veut tout touchern tout sortir, entrer n'importe où n'importe comment, on va bien contre son envie, contre son désir...Mais ce n'est pas violent, c'est pour lui signifier qu'il y a des limites, que tout n'est pas mélangé, qu'il y a des choses à soi et des choses qui sont à l'autre, etc.
pour moi, c'est pareil et le sevrage est aussi une forme d'étayage pour l'enfant, de limite qu'on lui pose pour l'aider à avancer et à aller plus loin.

Quant aux différentes cultures, je crois qu'il ne faut pas vouloir plaquer les autres cultures à la nôtre en disant que si les autres le font, c'est que c'est bien ou possible...
Ca ne veut pas dire qu'il faut rester fermé sur ce qu'on vit chez nous et ne pas aller voir ailleurs, bien sûr que non. Et moi qui m'intéresse de plus en plus à l'anthropologie, je suis la première à dire que c'est une ouverture essentielle. Mais on ne peut pas transposer.

Et personnellement, comme Véro, je ne me verrais absolument pas allaiter ma jeanne de 8 ans, ni même ma Clémence de 6 ans...quel bonheur aussi de les voir s'autonomiser, s'épanouir en dehors de nous et devenir peu à peu des petites filles indépendantes...

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

"Il y a plus de volonté qu'on ne croit dans le bonheur."
Revenir en haut Aller en bas
VeroV
Tata Hard Rock!
avatar

Nombre de messages : 16218
Age : 43
Date d'inscription : 10/03/2005

MessageSujet: Re: l'allaitement très long   Jeu 16 Fév 2012, 17:25

Gaëlle, tu résumes brillamment mes propos maladroits.


Annem, je me disais, les inuits allaitent peut être jusqu'à 15 ans parce qu'ils n'ont rien d'autre pour remplacer le côté nutritionnel du lait maternel, surtout qu'ils vivent dans des conditions extrêmes (on boit bien son urine quand on est sans eau dans un désert)...
mais en Europe, il y a des laits animaux et végétaux, des laitages, des protéines animales et végétales disponibles partout....
le lait n'est plus un apport nutritif à 8 ans

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Annem
Fée des granules
avatar

Nombre de messages : 12920
Age : 48
Date d'inscription : 11/03/2005

MessageSujet: Re: l'allaitement très long   Ven 17 Fév 2012, 08:08

Gaëlle a écrit:
Je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi Anne.
Sans faire des jugements hâtifs et des généralités sur les mères qui choisissent des allaitements longs, il y en a quand mêm beaucoup qui n'ont pas anne ta lucidité et ta clairvoyance par rapport aux limites à poser par rapport à cela, par rapport au sens que cet allaitement long peut avoir dans la relation à son enfant.

ben oui, c'est bien ce que je veux dire quand je parle de la nécessité de s'être intropectée pour savoir ce qu'on veut vraiment afin d'avoir un positionnement juste par rapport à cet allaitement, et c'est aussi pour ça que je précise qu'on n'est pas toutes capables d'y arriver. on est toutes différentes c'est vrai, mais rien ne nous empêche d'essayer d'être la plus vraie possible avec nous-mêmes. et c'est à mon sens, quand on y arrive, que l'allaitement long ne pose plus pb à personne autour de nous. ;)


Gaëlle a écrit:
Bien sûr qu'il faut être à l'écoute de son enfant et que c'est lui bien souvent qui nous montre le chemin de la relation, la voie pour le comprendre et l'aider. Mais c'est aussi à nous parents, de lui montrer les limites de chaque chose. Et sentir à un moment donné qu'il est temps de passer à autre chose, à une autre forme de relation au monde, aux autres, pour lui, pour son développement, c'est ça aussi notre rôle de parent.

on est d'accord aussi pour ce qui est des limites et du rôle du parent. mais là, je ne parlais pas des limites en général, mais bel et bien de ce qui se passe avec l'allaitement et lui seul. un
enfant qu'on aide à grandir a clairement besoin d'intégrer les limites et pour l'allaitement ça peut être le cas en termes de moments ou de lieux où il demande la tétée par ex, ou encore par rapport aux nuits, etc, il y a plein de façon de poser les limites, mais la limite de la durée dans le temps est pour moi un faux problème. un allaitement long n'empêche pas la socialisation ni la relation au monde en aucune façons, pas quand la mère est bien positionnée. on en revient toujours à ça. dans ce cas-là, il n'a pas besoin qu'on lui dise stop parce qu'il le fera de lui-même. oui, on peut ralentir ou expliquer que tel ou tel tétée devient un pb, mais bien souvent l'enfant le comprend tant que c'est progressif et qu'il n'y a pas de heurt, tant que la mère ne décide pas par ex d'enlever la tt la plus importante pour l'enfant. (celle du soir ou du matin sont bien souvent les tt que la mère veut enlever parce qu'elles lui pèsent le plus alors que c'est justement celles qui pour la plupart des enfants sont les plus importantes dans la relation affective). quand on est dans l'allaitement long, on n'est plus dans le nutritif, on est dans l'affectif et on entre dans le bien-être. alors, il faut être d'autant plus vigilante pour que ça ne dérape pas. positionnement clé, là encore...


Gaëlle a écrit:
Pourquoi voir cela forcément comme une violence qu'on lui ferait ou une décision qu'on lui ferait subir sans lui demander son avis?

parce que toute forme de manque est une violence, et qu'à partir du moment où la décision est unilatérale, elle crée le manque.
par contre, si les réductions de tt sont proposées très progressivement à l'enfant avec les explications nécessaires et le pourquoi, ET que l'enfant le comprend et l'accepte progressivement aussi, alors là, il n'y aura pas forcément de sensation de manque et donc pas de violence pour lui. c'est une question de savoir-faire et de patience. à mon sens, on n'arrête pas un allaitement long de façon brutale, quelle que soit la raison. ce n'est pas un chemin sur lequel on s'engage en pensant que si ça ne marche pas, on arrêtera tout comme ça du jour au lendemain, ou juste parce que tout à coup on en a marre. quand on s'engage là-dedans, ça relève de l'abnégation. je ne dis pas qu'il faut s'effacer devant son enfant, pas du tout, mais il faut être dans l'acceptation qu'on est pas toujours en phase avec les désirs de son enfant mais qu'on continuera malgré tout. alors oui, parfois on rame, parfois on en a marre et on a envie de tout envoyer promener, parfois on a envie de retrouver son corps pour soi-même et de ne plus le mettre en libre service, mais justement, c'est là que naissent les moments qu'on prend comme prétexte pour "faire grandir" l'enfant, et c'est là qu'on décide de sevrer alors qu'on a tenu bon jusque-là... et c'est là que les violences et les incompréhensions arrivent, qu'on se déphase par rapport à ce qu'on avait décidé et par rapport à l'enfant qui aura forcément du mal à comprendre pourquoi d'un coup maman s'énerve quand il veut faire ce qu'il a toujours fait... et c'est bien normal... personne ne dit que l'allaitement long et de tout repos, et toutes celles qui le font rencontrent un jour ce genre de questionnement... j'arrête ou je continue ? là, la réponse est personnelle. oui, chacune de nous a des limites, mais repousser nos limites est aussi quelque chose qu'on fait presque tous
les jours... on est sans arrêt crevée, stressée et harcelée au boulot pour que tout soit bien fait, on est poussée de tous les côtés par ce qu'on vit au quotidien, et c'est facile de penser que ça irait déjà mieux si on pouvait se décharger du pb-tétée... c'est là pour moi qu'est le danger d'un sevrage mal vécu par l'enfant autant que par la mère. ça ne peut dans ce cas qu'engendrer l'incompréhension pour l'un et un sentiment d'échec pour l'autre. mais alors dans ce cas, pourquoi avoir fait toute cette route pendant si longtemps pour en arriver là ? est-ce que ça en valait vraiment la peine ? si la réponse à ça est "oui", alors à mon sens, ça vaut le coup de s'accrocher et de continuer... ça vaut la peine d'essayer de se recentrer et de repartir en soi chercher le pourquoi de la voie qu'on a suivi. l'allaitement long, on le décide peut-être peu à peu mais ce n'est pas pour ça que ça va de soi... et quand on l'a décidé, pourquoi renoncer et abandonner aux premières difficultés ? oui, c'est un chemin difficile, mais un sevrage mal pensé et mal intériorisé pour la mère comme pour l'enfant n'est pas bon non plus. et bien penser ce sevrage est difficile, c'est clair... c'est pour ça qu'au final, quand on réfléchit bien, ça pose bien moins de pb et c'est bien plus facile et bien moins douloureux pour tout le monde d'aller au sevrage naturel que de s'arrêter en route...

(faut que je décroche, je reviens plus tard... lol)

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
VeroV
Tata Hard Rock!
avatar

Nombre de messages : 16218
Age : 43
Date d'inscription : 10/03/2005

MessageSujet: Re: l'allaitement très long   Ven 17 Fév 2012, 08:45

annem; si t savais comme je suis heureuse de te RElire :love:

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Annem
Fée des granules
avatar

Nombre de messages : 12920
Age : 48
Date d'inscription : 11/03/2005

MessageSujet: Re: l'allaitement très long   Ven 17 Fév 2012, 10:05

mdr véro ! c'est mes tartines qui t'ont manquées ? Laughing Wink



Gaëlle a écrit:

Quant aux différentes cultures, je crois qu'il ne faut pas vouloir plaquer les autres cultures à la nôtre en disant que si les autres le font, c'est que c'est bien ou possible...
Ca ne veut pas dire qu'il faut rester fermé sur ce qu'on vit chez nous et ne pas aller voir ailleurs, bien sûr que non. Et moi qui m'intéresse de plus en plus à l'anthropologie, je suis la première à dire que c'est une ouverture essentielle. Mais on ne peut pas transposer.

là, je suis à la fois d'accord et pas d'accord avec toi... Mr. Green tu sais que j'ai vécu à l'étranger pendant plusieurs années et dans une culture qui si elle semble proche de la nôtre en est en réalité très éloignée et ça se sent dès qu'on gratte un peu le vernis occidental qui s'est plaqué sur cette société. (j'ai vécu au japon pour celles qui ne le sauraient pas ;) ) et je t'assure que ça a été une expérience très éprouvante ! dans un premier temps, je trouvais tout tellement différent que j'ai bien cru ne jamais pouvoir m'y faire, alors même que je parlais cette langue et que j'avais étudié longtemps ce pays ! tout me choquait, m'agaçait, me mettait les nerfs en boule. je luttais pour essayer de retrouver qqch de connu, de rassurant dans cette société que je trouvais complétement folle à tous ses niveaux. la ville était tentaculaire, je me perdais pour rentrer chez moi le soir, pour aller au boulot, je ne savais jamais où j'allais atterrir en métro ni si j'étais sur la bonne ligne, je me sentais seule (même si j'y avais qqs amis, j'habitais seule), je ne comprenais pas un quart des trucs écrits partout, je n'alignais pas deux phrases correctes et compréhensibles parce que mon oral n'était pas activé, je ne savais pas quoi acheter dans les magasins pour faire à manger, je ne savais pas vraiment ce que j'avalais quand j'avais trouvé un aliment que je trouvais potable... bref, c'était une vraie torture... ça a duré 2 mois... 2 long mois pendant lesquels je n'avais qu'un billet d'avion dans la tête pour revenir en france... et pourtant je suis restée là bas. pourquoi ? parce que j'avais la chance d'y avoir trouvé du boulot, que je savais quelle valeur ça avait et que je ne voulais pas passer à côté de cette chance, même si je me heurtais à des difficultés qui me paraissaient insurmontables... et puis, peu à peu, j'ai trouvé des petites choses qui me plaisaient, d'abord à la télé, puis dans la musique (ben oui, j'étais jeune à l'époque et ça constituait encore une bonne partie de mon univers... tongue ) et puis j'ai commencé à me faire des amis sur place, d'abord des étrangers comme moi, puis peu à peu qqs japonais... j'ai entendu les américains de mon boulot discuter à propos des japonais, de la façon dont ils les percevaient, eux et ce pays.. et j'ai été choquée !! choquée par leurs propos irrespectueux, choquée par le manque d'intérêt flagrant qu'ils leur portaient, choquée par leur non-envie d'entrer en contact vrai avec ces gens parmi lesquels ils vivaient... et j'ai pris conscience que j'étais peut-être en train de suivre le même chemin... j'adorais ce pays, je l'avais toujours adoré, et voilà que sur place, j'avais un mal fou à m'y faire et à accepter ce qu'il était, qui était si différent de l'image que j'en avais alors même que je m'étais défait de nombre de mes clichés qu'on véhicule sur lui au cours de mes études... alors, j'ai décidé d'entre en phase d'acceptation. je l'ai décidé consciemment. je ne me suis pas dit que désormais j'allais aimer ce pays puisque c'était déjà le cas, mais que j'allais juste essayer de le comprendre de mon mieux et de mener l'expérience que je vivais en acceptant ce qu'elle m'offrait, et ce quoi que ce soit... j'ai commencé à accepter de me perdre si souvent et à en rire, à accepter d'apprendre les noms de ce que je mangeais (et y'avais des dizaines de poissons différents dont encore aujourd'hui je ne connais même pas le nom en français !! lol), à accepter que la télé soit un outil de divertissement et non plus d'apprentissage ou d'information, à accepter que je ne fréquenterai pas le milieu des étrangers sur place puisqu'il m'horripilait, à accepter que les personnalités des japonais étaient ce qu'elles étaient et que je finirai bien par y trouver des gens avec qui j'aimerais passer du temps... bref, peu à peu les choses se sont mises en place. ça n'a pas toujours été facile, et j'ai souvent dû me repositionner par rapport à cette décision mais je l'ai fait et quand il a fallu rentrer au bout de 2ans, je n'en avais aucune envie. à mon retour en france, la seule idée que j'avais en tête, c'était cette fois-ci un billet d'avion pour retourner là-bas ! Neutral il a fallu tout réapprendre ici, parce que tout ce que mon propre pays me proposait me... choquait !!! ben oui... fini le comportement gentil et serviable, bonjour l'agressivité des gens; fini les files d'attente ordonnées du métro où on sait toujours où on va, bonjour le bazar des quais parisiens; fini les émissions de télé loufoques on on s'éclate pour des bêtises et bonjours les trucs putassiers ou didactique à souhait; fini les sushis et le poisson qui ne pue pas, bonjour les steacks qu'on mastique pendant 3mn à chaque bouchée parce que de mauvaise qualité ; fini les fruits qui ont du goût parce que les agronomes locaux ont bossé autant sur le goût que sur le reste quand ils ont sélectionné leurs semences phares, bonjours les pommes farineuses et les carottes insipides... bref, je pourrai faire une liste longue comme les deux bras... et là encore, j'ai dû me remettre en question et me recentrer... ça fait une longue tartine, hein...? merci aux courageuses qui sont arrivées à cette ligne en ayant lu les précédentes !! Laughing alors, pourquoi cette longue tartine ? pour dire que tu as raison sur une chose : aller voir ailleurs, c'est une expérience très enrichissante dont je pense depuis celle-ci que chacun de nous devrait expérimenter au cours de son cursus scolaire... cette expérience, pour peu qu'elle soit faite dans une culture très différente de la nôtre (je sais que c'est le cas aussi dans des pays très similaire, mais plus c'est différent et plus l'effet est plus évident) ouvre l'esprit de tolérance, développe la curiosité, permet de prendre du recul sur sa propre société et surtout sur ses propres habitudes... c'est un véritable facteur d'évolution intérieure. on n'en sort pas forcément indemne, mais on en sort surtout grandi... alors dire qu'aller voir ailleurs est une bonne chose, je dis un grand OUI !!
mais dire qu'on ne peut pas transposer, je ne suis pas tout à fait d'accord. pour ma part, je pense que pas mal de cultures autres ont énormément de choses à nous offrir et que prendre ce qu'elles nous offrent peut sacrément enrichir la nôtre. une culture, ça évolue, ça se façonne avec le temps, et ne pas faire entrer le reste du monde dans la nôtre, ce serait bloquer ce processus évolutif. je pense sincèrement qu'il faut non seulement aller voir ailleurs, mais qu'il faut faire venir chez nous le bon de cet ailleurs. à quoi bon aller voir ce qui se passe ailleurs si c'est pour ne rien en retirer ? bon, ok, on peut essayer de laisser le mauvais de côté mais là aussi, la définition de ce qui est bon et de ce qui est mauvais est tellement assujetti à ce qu'on voit de notre côté des choses que ça peut forcément être biaisé... je ne sais pas si tu as lu jusqu'au bout l'expérience d'allaitement de cette maman en mongolie (le 3e lien que j'ai mis un peu plus haut), mais pour ma part je la trouve magnifique, et c'est un véritable miracle qu'elle ait osé raconter ça. je trouve que ça montre bien à quel point la façon de voir les choses dans une société conditionne ce qui s'y passe et que ce qui parait mauvais dans une peut paraitre bon dans une autre. elle dit elle-même que si elle a mené son allaitement au sevrage naturel, c'est parce qu'elle se trouvait en mongolie et pas au canada, que si elle s'était trouvée dans son pays d'origine elle n'aurait sans doute pas fonctionné comme ça... elle aurait fonctionné avec son milieu ambiant d'origine... là, elle a fonctionné avec celui de mongolie. et elle a beau en avoir été choquée dans un premier temps, elle s'est adaptée et n'a rien regretté... elle a bcp fait écho en moi cette maman... tu comprends pourquoi j'ai parlé de mon expérience au japon un peu plus haut ? parce qu'il est différent et enrichissant, l'ailleurs est toujours positif pour peu qu'on travaille sur soi-même et sur son propre positionnement pour se mettre en état de réceptivité à ce qu'il offre... tout comme un allaitement long peut être très positif quel que soit sa durée, tant qu'on se place dans le même état d'accueil et de réceptivité... il faut que le coeur et l'esprit soit ouverts, tous les deux, pour que cet état soit atteint. et se mettre un frein, qu'il soit de l'ordre de la durée d'un allaitement ou d'un blocage sur l'importation de coutumes ou d'état de fait venant d'une société autre, relève pour moi d'un principe similaire d'enrayement de l'évolution intérieure. ce n'est pas forcément quelque chose qu'on fait consciemment, mais voilà, on le fait... parce que notre société nous conditionne dès la naissance à penser de telle ou telle manière, parce qu'on réfléchit en fonction d'elle en priorité (normal, puisqu'on est dedans)... même moi, en disant ça, je suis forcément teintée de ma propre grille d'interprétation et de lecture du monde, et ce même si j'essaie de m'en dégager au maximum... relativiser les choses, c'est aussi accepter de voir si ce qui se passe ailleurs est transposable dans notre propre société ou vie, et de voir comment ça se passe quand on le fait, de voir ce qu'on y gagne ou perd. comment le savoir si c'est possible ou pas, bien ou pas, si on n'essaye pas ? ne pas essayer ou vouloir essayer parce qu'on préjuge que ça ne sera pas bon ou bien, c'est la définition l'a-priori, non ? et l'a-priori est à mon sens le frein fondamental à toute avancée, de quelque ordre qu'elle soit...



Gaëlle a écrit:
Et personnellement, comme Véro, je ne me verrais absolument pas allaiter ma jeanne de 8 ans, ni même ma Clémence de 6 ans...quel bonheur aussi de les voir s'autonomiser, s'épanouir en dehors de nous et devenir peu à peu des petites filles indépendantes...

moi non plus, mais pas parce que ça me choquerait... juste parce que mes enfants en ont décidé autrement, d'eux-mêmes... ethan s'est sevré quand j'étais enceinte de lylian. je lui avais expliqué que peu à peu au cours de la grossesse, il y aurait moins de lait dans mes seins parce que mon corps se transformait pour le bb qu'il y avait dans mon ventre (4 mois de grossesse à l'époque), que mon corps avait besoin de toute son énergie pour faire cette transformation, et que pour faire du lait il lui fallait aussi de l'énergie. donc, comme ethan était déjà grand et que mon corps le savait, il donnait l'énergie en priorité à mon ventre pour que le bb grandisse bien, et que ce qui restait d'énergie servait à fabriquer du lait pour les tt. il a encore tt qqs jours et un matin, après avoir fini la tt du réveil, il m'a regardé et m'a dit : "maman, la tétée maintenant c'est fini. le reste, c'est pour le bb". il avait tout juste 3 ans mon bout de chou. drunken il s'est levé et il est parti jouer. il n'a plus jamais redemandé à téter (sauf une fois après la naissance de lylian. je l'ai laissé essayer mais il ne savait plus comment faire... Laughing je lui ai dit que ça n'était pas grave, que j'allais lui tirer un peu de lait et lui donner dans un verre, ce que j'ai fait plusieurs fois dans les jours et semaines qui ont suivi. donc il n'a pas insisté sur le moment et n'a plus jamais redemandé ;) ) et je peux vous assurer les filles, que c'est aujourd'hui un bonhomme de bientôt 10 ans très autonome et très indépendant, mais qui aime encore beaucoup venir faire des câlins à sa môman. :amore: mais je sais aussi que s'il avait choisi de ne pas se sevrer durant cette période, j'aurais accepté... lylian lui, a tété 4 ans et a eu plus de mal à comprendre qu'un jour il s'arrêterait, mais c'est venu quand même... par contre, il n'a pris que la tétée du soir et du matin pendant trèèèès longtemps, et il a de lui-même enlevé celle du matin en premier... mais ça s'est fait progressivement aussi... j'avoue l'avoir un peu poussé pour supprimer celle du soir quand j'ai vu qu'on touchait à la fin, mais quand je dis "poussé", c'était surtout expliquer qu'il grandissait et qu'il pouvait peut-être commencer à essayer de dormir sans la tétée... parfois il acceptait, parfois non. je suivais, c'est tout... je sais très bien que ce n'est pas donné à tout le monde de vivre ça avec sérénité et j'en suis profondément désolée pour toutes celles qui ne le vivent pas comme ça... Neutral

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Annem
Fée des granules
avatar

Nombre de messages : 12920
Age : 48
Date d'inscription : 11/03/2005

MessageSujet: Re: l'allaitement très long   Ven 17 Fév 2012, 10:06

ouucch, encore une tartine !!! désolée les filles, on se refait pas...


VeroV a écrit:
Annem, je me disais, les inuits allaitent peut être jusqu'à 15 ans parce qu'ils n'ont rien d'autre pour remplacer le côté nutritionnel du lait maternel, surtout qu'ils vivent dans des conditions extrêmes (on boit bien son urine quand on est sans eau dans un désert)...
mais en Europe, il y a des laits animaux et végétaux, des laitages, des protéines animales et végétales disponibles partout....
le lait n'est plus un apport nutritif à 8 ans

je comprends bien véro, et je suis d'accord sur le fait qu'on a plein de trucs de substitution... mais comme je le disais plus haut, au delà d'un certain âge, on n'est plus dans le nutritif avec l'allaitement, on passe dans autre chose. et cet indicible-là se fiche du nombre et des qualités nutritionnelles des substituts ;)


ps : pardon kikabébé ! je squatte carrément ton post, excuse-moi... Neutral

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: l'allaitement très long   

Revenir en haut Aller en bas
 
l'allaitement très long
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Allaitement "long" de jumeaux
» avis aux mamans qui ont fait un allaitement "long"
» moi aussi cycle très long....
» arghh chu pu capable (très long)
» H12 très long et bug

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE FORUM VIOLET :: DEVENIR UNE MAMAN VIOLETTE :: SOS Allaitement-
Sauter vers: