LE FORUM VIOLET



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 allergie alimentaire du nourrisson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
VeroV
Tata Hard Rock!


Nombre de messages : 16218
Age : 42
Date d'inscription : 10/03/2005

MessageSujet: allergie alimentaire du nourrisson   Mar 27 Mar 2007, 11:23

Prévention de l'allergie alimentaire du nourrisson pendant la grossesse et l'allaitement


1.Petit rappel de génétique

Le terrain allergique est transmis génétiquement, comme les traits de ressemblance avec les parents. On évalue le risque de transmission génétique de chaque enfant à naître de la manière suivante :

- 30% si l'un des parents est allergique (père ou mère) ;
- 60% à 70% si les deux parents sont allergiques.

Ce n'est donc pas parce que la maman a des allergies ou de l'asthme au moment de sa grossesse que l'enfant sera plus ou moins allergique.

De plus, l'allergie développée par l'enfant ne va pas être obligatoirement la même que celle de ses parents.

Régime d'éviction chez la maman : systématique ou pas ?

Il n'existe pas, dans les milieux médicaux spécialisés dans ce domaine, de consensus ni international ni même national.

Cela tient à de multiples raisons que je vais évoquer rapidement en citant les 3 principales, mais déterminantes :
- la méthodologie, c'est-à-dire la façon de recueillir et d'analyser les observations : elle doit être très rigoureuse, admise par tous et clairement indiquée dans les publications (de façon à avoir des études comparables), ce qui n'est pas toujours le cas.
- la durée et le nombre : il faut pouvoir observer l'évolution des enfants sur au moins 10 à 20 ans - voire même sur plusieurs générations - sur des échantillons importants ; il faut des "groupes témoins", c'est-à-dire sans antécédents familiaux d'allergie alimentaire...
- l'explosion des allergies alimentaires est récente. Nous n'avons donc pas assez de recul. Et si nous avons quelques éléments d'explication de ce phénomène, il nous manque une explication complète et cohérente.

Alors que sait-on pour l'instant ?

Le foetus peut se sensibiliser (développer des anticorps) aux aliments ingérés par sa mère très tôt in utero (c'est-à-dire dans le ventre de sa mère), dès la fin du premier trimestre de grossesse (ex : farine de moutarde, oeuf) ...mais aussi au cours de l'allaitement via le lait maternel.

L'allaitement maternel est toujours souhaitable et semble diminuer ou retarder de façon significative l'apparition d'allergies ou de l'asthme. Il est l'aliment le plus adapté au nourrisson tant sur le plan pratique que physiologique ou nutritionnel. Cependant l'allaitement présente des contraintes et doit être librement choisi par la mère. Celle-ci ne doit pas culpabiliser si elle ne veut pas ou ne peut pas allaiter.

En l'absence d'allergie alimentaire chez les parents ou un enfant déjà né, il n'y a pas lieu pour la maman de suivre un régime d'éviction systématique pendant la grossesse ou pendant l'allaitement.

Dans le cas d'une allergie alimentaire présente chez un des 2 parents (père et mère), ou apparue très tôt chez un frère ou une soeur déjà né(e), il est tout-à-fait souhaitable et légitime que la maman suive un régime d'éviction de l'allergène en cause (arachide, oeuf, protéines de lait de vache, poisson, fruits exotiques ou fruits rouges). Ce régime d'éviction doit se poursuivre après la grossesse pendant toute la durée de l'allaitement.

Un régime d'éviction de tous ces aliments à la fois peut être source de déséquilibre ou de carence alimentaire chez la maman. Il doit donc être apprécié au cas par cas, avec l'allergologue et le pédiatre.

2. Eczéma atopique du nourrisson : est-ce une allergie alimentaire ?

Signification des termes utilisés

Le mot "atopie" vient du grec "étrange" et le mot allergique" signifie "réagir autrement".

Le terme "atopie" ou "terrain atopique" recouvre un ensemble de symptômes tels qu'eczéma, rhinite, conjonctivite, asthme, urticaire, dermographisme, qui vont se succéder ou alterner au cours de la vie du patient dit "atopique". Dans la définition de l'atopie, on ne préjuge pas de la cause de ces symptômes, c'est-à-dire que l'allergie n'est qu'une des causes possibles ou associées. Ce terrain atopique est transmis de façon héréditaire, mais peut s'exprimer à des âges différents de l'individu et de façon différente de celui des parents.

Le terme "allergie" désigne essentiellement les manifestations dans lesquelles on peut mettre en évidence la responsabilité d'un allergène (respiratoire tel qu'acarien, pollen, poil d'animaux ... ou alimentaire) de façon certaine, par des tests cutanés ou par le dosage des IgE spécifiques, ou encore par des test dits de provocation.

La capacité à fabriquer des IgE est également transmise héréditairement. Mais la médecine est encore bien loin d'avoir tout découvert sur ce chapitre (1).


3.Lien entre eczéma atopique et allergie (alimentaire ou respiratoire)

On ne connaît pas la ou les causes profondes de l'eczéma atopique ou, pour utiliser un meilleur terme, de la dermatite atopique. Ce que l'on sait est le résultat de données statistiques :

- 15% à 40% des Dermatites Atopiques sont liées à une allergie alimentaire révélée par des tests cutanés positifs ou la présence d'IgE spécifiques (les plus fréquentes étant : protéines du lait, oeuf, farine de blé, arachide, poisson, soja). Mais cela ne signifie pas que cette allergie soit à elle seule responsable de l'eczéma.

- les nourrissons qui ont eu une dermatite atopique ont 2 fois plus de risque que les nourrissons non atopiques d'avoir de l'asthme (allergique ou non) vers l'âge de 7-8 ans. Ce risque est considérablement augmenté (60% à 80%) si cette dermatite atopique était d'origine allergique (notamment à l'oeuf), même si cette allergie a disparu en grandissant.

En présence d'une suspicion d'allergie alimentaire (via les tests cutanés (2) ou le dosage d'IgE spécifique), il est préférable de confirmer la responsabilité de l'aliment incriminé avant de mettre en oeuvre une éviction de longue durée parfois très difficile à réaliser ou coûteuse. Cela se fait par l'épreuve d'éviction - réintroduction :

- on supprime totalement l'aliment suspecté (attention au beurre en cas d'allergie aux protéines du lait), un seul à la fois sur une période courte n'excédant pas 3 à 4 semaines.
- l'amélioration doit être rapide et franche
- éventuellement, on réintroduit l'aliment, ce qui doit provoquer une rechute tout aussi rapide.

[NDLR : n'oubliez pas qu'un nourrisson peut très faire de l'eczéma à cause d'une allergie à un aliment qu'il n'a pas encore consommé, du fait d'une sensibilisation dans l'utérus de la maman. Cela surprend souvent les parents d'apprendre que leur bébé est allergique à l'oeuf alors qu'il n'en a encore jamais mangé.]

(1) il apparaît dans les recherches fondamentales :
- qu'il existe des gènes différents pour le "terrain atopique", pour la production des IgE et pour l'asthme ;
- qu'il y a plusieurs gènes différents pour chaque "fonction" ;
- qu'ils interagissent entre eux, mais sans qu'on sache comment, car ils ne sont pas identifiés de manière précise.
Nous ne disposons donc pas de moyen de faire un diagnostic génétique de l'atopie, de l'allergie ou de l'asthme.

(2) je rappelle que les tests cutanés sont très facilement réalisable chez le nourrisson dès 3 mois et sont souvent plus fiables que les dosages d'IgE à cet âge.


4. Conseils nutritionnels chez l'enfant à risque atopique

Voici les conseils communément admis pour l'introduction des aliments chez un nourrisson à risque atopique, c'est-à-dire pouvant présenter un risque d'allergie mais sans qu'une allergie ait été encore décelée (enfant avec une dermatite atopique, antécédents d'allergies chez les parents ou les frères / soeurs plus âgés ...). Le maître-mot est :

retarder la diversification et introduire les aliments à risque un par un pour vérifier la tolérance.

Si possible, ne commencez pas l'introduction d'un aliment à risque le soir, afin d'éviter qu'une réaction allergique se produise pendant que tout le monde dort...

Si une allergie existe chez le nourrisson, il faut évidemment supprimer l'aliment incriminé.

Ces conseils sont d'ordre général et doivent être affinés avec le médecin en fonction de chaque cas. Ils peuvent notamment entraîner des carences qu'il convient alors de compenser.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
VeroV
Tata Hard Rock!


Nombre de messages : 16218
Age : 42
Date d'inscription : 10/03/2005

MessageSujet: Re: allergie alimentaire du nourrisson   Mar 27 Mar 2007, 11:28

Alimentation du nourrisson souffrant d'eczéma
(dermatite atopique)



Docteur Fabienne Rancé, Diététicienne Sylviane Bermond,
Hôpital des Enfants CHU TOULOUSE

La diversification alimentaire est différée après l'âge de 6 mois, à distance d'une gastro-entérite, à raison d'un aliment nouveau par semaine. Un régime d'exclusion alimentaire est indispensable uniquement dans le cas d'une allergie prouvée. Tous ces conseils peuvent être modulés en fonction des résultats des explorations allergologiques avec votre médecin.


De la naissance jusqu'à 6 mois révolus:

Le seul aliment indispensable à l'enfant est le lait. Le choix est à discuter avec votre médecin :

* lait maternel
* laits ou préparations pour nourrissons ; laits « HA » ou hypoallergéniques à discuter
* substituts de lait : hydrolysats de protéines, dans le cas d'une allergie aux protéines de lait de vache confirmée ou d’un antécédent d’allergie au lait dans la fratrie.

Les jus de fruits, les farines et céréales ne sont pas conseillés.
De 6 à 12 mois :

* Le lait:
o lait ou préparations de suite
o substituts de lait : hydrolysats de protéines, dans le cas d'une allergie aux protéines de lait de vache confirmée.
* • L'eau est la seule boisson indispensable, sans adjonction de sucre ou de sirop. Les besoins en eau du nourrisson étant importants, il est conseillé de lui proposer de l'eau en prise fractionnée dans la journée.
* Les légumes sont donnés frais et cuits sous forme de potage ou de purée de légumes.
Utilisez les légumes frais : carottes, blancs de poireau, haricots verts, fonds d'artichaut, courgettes, feuilles de blette, salade de laitue. Utilisez un seul légume à la fois, associé à la pomme de terre (à partir de 7-8 mois).
Evitez les légumes riches en histamine : tomate, épinard, petit pois, citrouille, tous les choux, ainsi que céleri, navet, poivron, salsifis, oignon, et les légumes secs lentilles, pois cassés, pois chiche, haricots secs.
* Les féculents comme la floraline ou les petites pâtes que vous proposerez dans le potage du soir devront être sans œuf. Pour varier, vous pourrez également proposer du tapioca. Si vous utilisez de la farine ou des céréales dans le lait, choisissez-les sans vanille, vanilline, et sans rouge cochenille ou E 120.
* Les viandes doivent être très cuites. N'utilisez que des viandes maigres : bœuf, veau, poulet, agneau, filet de porc, jambon blanc. En cas d’allergie prouvée au lait de vache, il convient de s’assurer de l’absence de réaction croisée avec le bœuf et le veau. Evitez la charcuterie. Quantités à proposer par 24H et une seule fois par jour: 6 mois = 10 grammes = 1 cuillère à café ; 9 mois = 20 grammes = 2 cuillères à café ; 1 an = 30 grammes = 3 cuillères à café.

Les œufs, les poissons et fruits de mer, sont à éviter jusqu'à l’âge de 12 mois.

*
Les matières grasses sont indispensables dans le potage ou la purée de légumes. Le beurre est interdit si votre enfant est allergique aux protéines de lait de vache ; sinon, il représente une bonne source de vitamine A. Les huiles apportent des acides gras essentiels importants pour le développement du cerveau. Evitez les huiles d'arachide et de soja. En revanche, toutes les autres huiles peuvent être utilisées : maïs, tournesol, colza, olive, pépin de raisin...

Quantités recommandées : beurre 1 noix (5gr) par repas et huile 1 cuillère à café par repas. Pas de matières grasses ou de fritures avant l'âge de 2 à 3 ans.
* La moutarde et les épices sont à éviter
*
Les laitages sont proposés en dessert lors de l'introduction du repas du soir, sauf en cas d'allergie aux protéines de lait de vache. Préférez les laitages " nature ". Vous pouvez les sucrer avec du sucre, du miel, ou de la confiture sans fruits exotiques et sans rouge cochenille.
Evitez le gruyère, l'emmental, les fromages fondus ( Kiri, crème de gruyère, Samos...) et tout autre fromage.

Equivalence : 100 ml de lait = 3,4 gr. de protéines = 34 gr. de petit suisse = 65 gr. de yaourt = 65 gr. de fromage blanc

* Les fruits, desserts habituels de l'enfant, sont proposés cuits en compote dans un premier temps.
Choisissez des compotes sans mélange de fruits ( pomme, poire, pêche..). Vous pouvez les préparer à base de fruits frais en évitant le kiwi et les autres fruits exotiques (mangue, papaye, ananas, fruits de la passion, goyave...). Les jus de fruits ne sont pas indispensables.

Cacahuètes (arachide) et fruits à coque (noix, noisettes, amandes, pistaches, pignons, noix de cajou, noix du Brésil, noix de pécan ...) sont interdits jusqu'à l'âge de 4 à 5 ans. .
Quelques repères :

Vers 6 mois :

* 3 biberons de lait de 240 ml
* 1 repas : purée de légumes + viande + compote de fruits

Vers 9 mois :

* 2 biberons de lait de 240 ml
* 1 repas à midi : purée de légumes + viande + compote
* 1 repas le soir : potage ou purée de légumes ou floraline + compote

Ces repères sont indicatifs et sont à adapter au goût et à l'appétit du nourrisson.
A partir de 12 mois

• Le lait: lait croissance appelé préparation pour enfant en bas âge
• Exclusion d’aliments en cas d’allergie alimentaire prouvée
• Introduction un par un des aliments réputés à haut risque allergisant
• Eviter arachide et fruits à coque jusqu’à 4 –5 ans.
Recette du potage de légumes

Prendre 1 pomme de terre, 1 à 2 carottes, ou 1 courgette, ou 1 blanc de poireau ...
Peler et laver les légumes.
Les couper en morceaux.
Les faire cuire dans de l'eau légèrement salée, soit dans une casserole sans inox, soit à la cocotte minute.
Après cuisson, mixer les légumes avec une partie de l'eau de cuisson.
Ce potage peut être consommé tout de de suite ou conservé au réfrigérateur pendant 24 à 48 heures dans un récipient bien fermé
(avant de refermer le couvercle du récipient, s'assurer que le potage est tiède ou froid).

Recette de la purée de légumes

La purée de légumes est une base de pomme de terre et de légume.
Elle se cuisine comme le potage en utilisant moins d'eau de cuisson.
Elle peut être conservée au réfrigérateur 24 à 48 heures ou congelée en l'utilisant en moins de 2 semaines.
Elle doit être conservée nature (sans matière grasse et sans viande).


http://www.allergienet.com/nourrisson-eczema.html

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
VeroV
Tata Hard Rock!


Nombre de messages : 16218
Age : 42
Date d'inscription : 10/03/2005

MessageSujet: Re: allergie alimentaire du nourrisson   Mar 27 Mar 2007, 12:09

je verrouille le post-it, je recherche d'autres infos pour terminer le post-it. si vous avez des liens sur le sujet, envoyez moi un MP. véro modo
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: allergie alimentaire du nourrisson   Aujourd'hui à 14:36

Revenir en haut Aller en bas
 
allergie alimentaire du nourrisson
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petite question allergie alimentaire
» Allergie alimentaire
» Allergie visage, que faire?
» l'allergie alimentaire via le lait maternel
» Rétention d'eau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE FORUM VIOLET :: ETRE UNE MAMAN VIOLETTE :: bébé et enfant au quotidien-
Sauter vers: