LE FORUM VIOLET



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Assistance médicale à la procréation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
VeroV
Tata Hard Rock!


Nombre de messages : 16218
Age : 42
Date d'inscription : 10/03/2005

MessageSujet: Assistance médicale à la procréation   Sam 17 Nov 2007, 14:13

Assistance médicale à la Procréation



Quand un couple désire un enfant, la grossesse survient naturellement dans 90% des cas.10% des couples consultent pour un problème d'infécondité et une " Assistance médicale à la Procréation ( AMP ) peut dans certains cas d'infertilité être proposée.Ces méthodes palliatives ont pour objectif d'obtenir une fécondation in vivo ou in vitro par rapprochement des ovocytes et spermatozoïdes.Ces actes doivent être réalisés sous la responsabilité de praticiens agrées dans les centres cliniques et biologiques autorisés et implique une équipe hospitalière pluridisciplinaire.

Du fait du développement de ces nouvelles techniques, la France s'est dotée d'une loi dite de "bioéthique" le 29 Juillet 1994.



L'INSEMINATION ARTIFICIELLE


C'est la technique la plus ancienne, l'insémination artificielle n'est possible que s'il existe au moins une trompe perméable.Elle consiste à déposer des seprmatozoïdes à l'intérieur des voies génitales féminines.

Elle peut être réalisée en utilisant :

le sperme frais ou congelé du conjoint receuilli par masturbation ( Insémination Artificielle intra Couple = IAC)
le sperme décongelé d'un donneur en cas de stérilité masculine ( Insémination Artificielle avec Donneur = IAD)
L'insémination artificelle est pratiquée au cours d'un cycle d'ovulation spontanée ou après une stimulation hormonale impliquant une surveillance du dycle.
Elle nécessite une demande et un consentement de la part du couple.

Indications:
L'insémination peut être proposée dans les cas suivants :

Indications masculines :anomalies de la qualité du sperme, certains problèmes d'éjaculation .
Indications féminines : anomalies du col de l'utérus ou de la glaire qu'il sécrète et qui peuvent interférer avec le passage des spermatozoïdes du vagin vers l'utérus
Indications mixtes, masculines et féminines.
es échecs répétés de stimulation simple de l'ovulation.


Technique :

L'insémination intra utérine( IIU ) : Les spermatozoïdes sont déposés dans la cavité utérine.La préparation préablable du sperme par séléction et lavage des spermatozoïdes est souhaitable afin d'éliminer les constituants indésirables du liquide séminal responsables en particulier de contractions utérines.Les spermatozoïdes gagnent rapidement les trompes,où se fera peut être la fécondation.


Le traitement du sperme
Le recueil de sperme du conjoint est réalisé deux heures avant l'insémination, le temps de permettre au sperme de se liquéfier dans une étuve à 37°C, de l'analyser, et de pratiquer la technique de sélection des spermatozoïdes mobiles. Cette sélection est obtenue en faisant passer les spermatozoïdes à travers une solution de haute densité qui élimine les composants inutiles ou néfastes contenus dans le sperme : les bactéries, la partie liquide du sperme (plasma séminal), les cellules qui ne sont pas des spermatozoïdes, les spermatozoïdes immobiles ou insuffisamment mobiles, et certains des spermatozoïdes présentant une morphologie anormale.



Avantages :

Cette technique est simple, généralement indolore et ne necéssite que quelques minutes de repos après l'insémination.Elle a l'avantage de pouvoir être repétée d'un cycle sur l'autre n'imposant ni hospitalisation, ni arrêt de travail.

Résultats :
Les chances d'obtenir une grossesse par insémination du sperme de conjoint se situent entre 10 et 15% par cycle de traitement. La répétition des cycles d'insémination n'aboutit pas à une addition arithmétique des chances de succès, mais permet de les augmenter, dans la limite de six inséminations. Si cette technique simple, peu traumatisante et efficace, a rendu de grands services à de nombreux couples, elle ne constitue pas le seul recours à un problème d'infertilité. En cas d'échec, les médecins peuvent également proposer d'autres voies possibles, telle que la Fécondation In Vitro (FIV), réalisable avec ou sans micro-injection de spermatozoïdes dans l'ovocyte (ICSI

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] L'insémination artificielle intra-utérine ( IIU)


http://www.mamanandco.fr/pma/insemination.php


Dernière édition par le Sam 17 Nov 2007, 14:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
VeroV
Tata Hard Rock!


Nombre de messages : 16218
Age : 42
Date d'inscription : 10/03/2005

MessageSujet: Re: Assistance médicale à la procréation   Sam 17 Nov 2007, 14:21

LA FECONDATION IN-VITRO


Pratiquée depuis plus de 15 ans, la fécondation in vitro et le transfert d'embryons ont consitué un progrès décisif pour l'assistance médicale à la procréation.C'est une technique éprouvée.

Cette technique consiste à mettre en présence, dans un milieu de culture favorable à leur survie, des spermatozoïdes et des ovocytes, afin d'obtenir une fécondationet le développement d'embryons en dehors de l'organisme (in vitro).
Elle nécessite une demande et un consentement de la part du couple.

Les indications:
Au début, la fécondation in vitro avait comme seule indication la stérilité tubaire :
- trompes bouchées , altérées ou absentes acquise généralement à la suite d'une Salpingites (infection bactérienne) ou de grossesses extra utérines.
Aujourd'hui, les indications ont été étendues à d'autres pathologies :
- Hypofertilité masculine
- Echec de tentatives d'insémination
- endométriose
- Infertilité idiopathique ( sans cause connue)

Selon la gravité de l'infertilité masculine on pourra utiliser :
- la fécondation in vitro conventionnelle (FIV)
- la fécondation in vitro avec microinjection (ICSI)
Par ailleurs, e nouvelles techniques dérivées commencent à apparaître : MIV.

En dehors du bilan qui est demandé dans le cadre de l'insémination et de la stimulation, la fécondation in-vitro doit être précédée d'un bilan sérologique complet dont le but est d'éviter de transmettre à l'enfant à naître une maladie infectieuse pouvant être dangereuse pour lui : sida, hépatites B et C, syphilis, chlamydiae, toxoplamose et rubéole. On pratique également un test "de migration-survie" des spermatozoïdes qui permet de vérifier qu'un nombre suffisant de spermatozoïdes mobiles pourra assurer la fécondation des ovocytes le jour de la FIV.

Technique :

La FIV se déroule en plusieurs étapes:

1ère Etape: Sélection d'ovocytes et de spermatozoïdes
1) la stimulation ovarienne

La réussite de la FIV dépend en grande partie de la qualité et du nombre d'ovocytes recueillis et mis en fécondation.Pour augmenter les chances de succès,la plupart des équipes ont recours à une stimulation ovarienne par traitement hormaonal pour augmenter le nombre d'ovocytes.
Cette première étape se déroule obligatoirement sous surveillance médicale régulière.

2) Le déclenchement de l'ovulation


Le déclencehement de l'ovulation se fait, en focntion du nombre et de la taille des follicules, comparés aux dosages hormonaux, par injection d'une hormone qui induit l'ovulation.Le médecin décide le jour et l'heure du déclenchement.La dose préscrite et l'horaire choisi doivent être strictement respectés: en effet, la ponctionpour le recueil d'ovocytes doit avoir lieu dans un delai de 32 à 38 heures après l'injection de déclenchement.

3)La ponction pour recueil des ovocytes

Cet acte nécessite un séjour à l'hôpital; sa durée dépend des habitatudes de chaque centre et de l'éloignement du domicile de la patiente.
Selon les cas, la ponctionse fait :
- en "ambulatoire" (sans hospitalisation)
- en "hopital de jour" (sortie le jour même)
- en "hospitalisation d'une journée" ( sortie le lendemain matin )

Le mode d'anesthésie est également variable selon les équipes médicales et le choix de chaque patiente ( local ,péridurale,générale ou sédation simple)

La ponction est le plus souvent réalisée par voie vaginale sous contrôle échographique.Elle consiste, grâce au repérage échographique , à introduire successivement dans chque follicule ovarien l'extrémité d'une fine aiguille pour en aspirer le contenu:liquide folliculaire et ovocyte.Le maximum de follicules visibles sur l'écran échographique est ponctionné, mais tous ne contiennent pas obligatoirement un ovule.Les ovocytes invisbles à l'oeil nu, sont recherchés au sein des liquides folliculaires à l'aide d'une loupe au laboratoire de biologie de la reporduction.Le biologiste indique alors le nombre total d'ovocytes recueillis et ceux succeptibles d'être mis en fécondation.


4) La préparation des spermatozoïdes

Le jour de la ponction, le partenaire masculin doit faire un recueil de sperme par masturbation dans la pièce de recueil du laboratoire.Ce prélèvement a lieu de préférence après un delai d'abstinence d'envrion 2 à 3 jours.
Pour certains patients, il peut être préférable de prévoir une conservation par congélation préalable du sperme.
En cas de FIV avec tiers donneur, les paillettes de sperme congelé sont délivrées au couple, avant la ponction d'ovocytes, par la banque de sperme agrée.Ces paillettes seront déposées immédiatement au laboratoire assurant la FIV.
Quelle que soit l'origine du sperme( frais,auto-conservé ou donné), il est préparé sur des milieux appropris afin de sélectionner les spermatozoïdes les plus fécondants.

Ces techniques de sélection sont variables d'un centre à l'autre et fonction de la qualité du sperme recueilli.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



2ème Etape : La mise en fécondation
Les ovocytes et les spermatozoïdes sélectionnés sont réunis dans un milieu biologique de culture favorable à leur survie.

Ils sont conservés dans un incubateur à 37° :

- 24 heures après la mise en culture, en cas d'obtention d'une fécondation, les biologistes peuvent déjà en observer les premiers signes: l'ovocyte à l'aspect d'une cellule contenant deux noyaux, l'un d'origine maternelle, l'autre d'origine parternelle; c'est le stade deux " pronucléï" ou "2PN

1) Les premiers stades de développement embryonnaire
48 heures après la mise en culture, les oeufs fécondés se sont développés en embryons formés de plusieurs cellules.Ils peuvent être dès lors transférés ou éventuellement congelés, en vue d'un replacement ultérieur, si leur morphologie permet d'espérer une bonne viabilité après décongélation



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Stade zygote obtenu 24 heures après la mise en contact des gamètes.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Stade 4 cellules 48 heures après la fécondation
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]L'embryon prend l'aspect d'une mûre (morula) vers le quatrième jour
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Blastocyste, 5 jours après la fécondation



3ème Etape : Le transfert

Il a généralement lieu 2 ou 3 jours après la ponction.Classiquement, il est effectué par voie vaginale à l'aide d'un cathéter très fin passant par l'orifice du col utérin jusque dans la cavité utérine.Les embryons sont placés dans une quantité minime de milieu de culture.Le transfert ,geste analogue à une insémination intra-utérine, est indolore et ne nécessite ni anesthésie, ni hospitalisation.Un traitement hormonale peut être ensuite prescrit.

Dans les jours qui suivent, la femme peut en général et après avis médical poursuivre son activité quotidienne.

Le début d'une grossesse est diagnostiqué par un dosage BHCG à partir du 12ème jour suivant le transfert.

Un dosage positif de BHCG doit être contrôlé régulièrement jusqu'à la 1ère échographie faite environ 4 à 5 semaines aprsè le replacement.L'échographie détermine le nombre d'embryons implantés,leur siège (dans l'utérus ou en dehors), et leur vitalité (présence ou non d'une activitée cardiaque)



Avantages :
La FIV présente des avantages:

de permettre la rencontre des gamètes même en cas de trompes non fonctionnelles, voires absentes.
De permettre une observation directe de l'obtention d'une fécondation.
Résultats :

Le pourcentage de chances d'obtenir une grossesse est de 21% par ponction d'ovocytes et de 26% par transfert d'embryons, toutes indications et tous âges confondus. Ces grossesses aboutissent dans trois quarts des cas à une naissance. 72% des grossesses sont uniques, 25% sont gémellaires et 3% sont triples. Tous ces résultats sont bien sûr des moyennes, variables en fonction des couples et des caractéristiques de la tentative.
Si la fécondation in-vitro avec le sperme du conjoint est une technique efficace, elle ne marche pas à chaque fois : un éventuel échec peut conduire le médecin à proposer au couple une autre technique, qui peut être soit l'ICSI (Intra Cytoplasmic Sperm Injection), soit le don de gamètes. Enfin, des possibilités d'adoption existent, qui permettent également de construire une famille de façon harmonieuse.


Les risques :
Des risques existent à toutes les étapes de la FIV, mais un suivi médical scrupuleux minimise très largement leur fréquence.


Ainsi, concernant le traitement hormonal, le blocage hypophysaire réalisé peut entraîner certains signes de fatigue, de nervosité et quelques bouffées de chaleur qui cessent avec le début de la stimulation. En ce qui concerne la période de stimulation, si la réponse ovarienne est importante, des douleurs du bas ventre, des troubles digestifs ainsi qu'une fatigue peuvent apparaître. Le risque le plus fréquent de la FIV est celui d'hyperstimulation ovarienne. Cette hyperstimulation peut être minime, c'est à dire entraînant de simples douleurs abdominales, mais elle peut aussi être plus marquée, avec en particulier un ballonnement très important, une gêne respiratoire et des nausées. Dans de rares cas, une hospitalisation peut s'avérer nécessaire, avec l'obligation d'un repos strict en position allongée, et le suivi d'un traitement médical.
De plus, même si elle est légère, c'est tout de même une anesthésie générale qui est réalisée pour effectuer la ponction ovocytaire. Une consultation préalable avec un anesthésiste avant chaque tentaive est donc rendu obligatoire par la loi afin d'éliminer et minimiser tous les risques liés à l'anesthésie.
Les risques liés à la ponction elle-même existent, comme l'hémorragie ou l'infection, mais ils sont exceptionnels.
Enfin, le dernier risque lié à la fécondation in-vitro concerne la survenue d'une grossesse multiple. Mais elle est cependant prevenue grâce à une réflexion raisonnée et approfondie concernant le nombre d'embryons transférés, qui est décidé le jour du transfert entre le couple, le gynécologie et le biologiste.

http://www.mamanandco.fr/pma/fiv.php
Revenir en haut Aller en bas
VeroV
Tata Hard Rock!


Nombre de messages : 16218
Age : 42
Date d'inscription : 10/03/2005

MessageSujet: Re: Assistance médicale à la procréation   Sam 17 Nov 2007, 14:27

La Fécondation In Vitro avec Micro-Manipulation



Méthode encore récente, elle a été découverte à Bruxelles en 1991.

Le sigle ICSI vient de l'anglais " IntraCytoplasmic Sperm Injection ", ce qui signifie " injection de spermatozoïde dans le cytoplasme " (de l'ovocyte). Cette technique dériuvée de la Fécondation In Vitro classique nécessite ,comme pour la FIV standart ,une stimulation ovarienne.Pour le couple la stimulation sera la même.La seule différence consiste à introduire dirécetement un seul spermatozoïde à l'aide d'une micro pipette dans chaque ovocyte recueillis.Selon les cas,le spermatozoïde provient du sperme éjaculé, ou après prélevement chirurgicale au niveau de l'épididyme ou du testicule.Il peut être utilisé à l'état frais ou après congélation.Les embryons obtenus sont soit transférés, soit éventuellement congelés.Les embryons obtenus sont soit transférés, soit éventuellement congelés.


Les examens préalables à l'ICSI sont ceux pratiqués pour une Fécondation In Vitro classique auxquels on ajoute généralement un caryotype. Cet examen, qui recherche des anomalies de nombre ou de structure des chromosomes d'un individu, est nécessaire dans les oligospermies sévères ou dans les azoospermies sécrétoires (absence de fabrication de spermatozoïdes), car ces deux types de pathologies peuvent être en relation avec un remaniement chromosomique.


Les indications:
- l'infertilité masculine, pouvant aller de l'OATS sévère à l'azoospermie excrétoire. et en règle générale quand le nombre de spermatozoides normaux et mobiles ne permettent pas de tenter une FIV conventionnelle.
- Echec après tentative(s) de FIV conventionnelles.
- la mauvaise qualité des ovocytes de la conjointe ne rentre pas habituellement dans ce type d'indication.


Technique :
Avant l'ICSI, une stimulation hormonale comparable à celle pratiquée en FIV classique est réalisée chez la femme. Comme en FIV classique, le recueil des ovocytes est réalisé environ 35 heures après l'injection de l'hormone hCG, sous contrôle échographique. Le même jour, le sperme du conjoint est recueilli au laboratoire, puis il est analysé et préparé. Lorsque les ovocytes et les spermatozoïdes ont été recueillis, l'injection des spermatozoïdes est réalisée à l'aide d'un appareil de micromanipulation. Concrètement, l'ovocyte est maintenu par aspiration grâce à une première micropipette de maintien, pendant que l'on injecte le spermatozoïde à l'aide d'une seconde micropipette d'injection. L'ovocyte est ensuite immédiatement remis dans un milieu de culture propice à sa survie. Les étapes ultérieures sont identiques à celles de la FIV classique : le lendemain de la ponction ovocytaire, les ovocytes sont examinés pour savoir s'ils sont fécondés ; deux jours après la ponction, les embryons ont commencé à se diviser et possèdent deux à quatre cellules ; le nombre d'embryons à transférer est décidé après discussion entre l'équipe médicale et le couple ; enfin, les embryons surnuméraires obtenus après l'ICSI et non transférés pourront être congelés.



L'icsi et l'azoospermie :Il est important de préciser qu'une ICSI peut être proposée même en cas d'absence totale de spermatozoïdes dans le sperme (azoospermie). Ces derniers devront néanmoins être recueillis chez le conjoint au cours d'un prélèvement chirurgical appelé ponction épididymaire (ponction de spermatozoïde réalisée dans l'épididyme, canal situé sur le bord supérieur du testicule et par lequel passe le sperme) ou biopsie testiculaire (prélèvement de tissu réalisé directement dans les testicules). Ces prélèvements chirurgicaux de spermatozoïdes sont généralement pratiqués sous anesthésie générale. Même si le nombre de spermatozoïdes obtenus grâce à ces prélèvements chirurgicaux est faible, une ICSI pourra être réalisée soit le jour même de la ponction ovocytaire (prélèvement masculin et féminin synchrone), soit plus tard (prélèvements asynchrones). Dans ce dernier cas, on réalisera donc une congélation des spermatozoïdes épididymaires ou testiculaires en attendant de réaliser la stimulation ovarienne puis la ponction folliculaire chez la conjointe. Le jour de cette ponction folliculaire, une paillette de spermatozoïdes congelés sera décongelée et utilisée pour réaliser l'ICSI.




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Alors qu'une micropipette maintien l'ovocyte par aspiration (à gauche), une aiguille beaucoup plus fine et biseautée vient injecter le spermatozoïde dans le cytoplasme de l'ovocyte



Avantages :
L'ICSI est un rand apport pour les stérilités masculines majeures et insuffisance spermatique sévère.Dans ce cas, où après échec de la FIV standart, elle peut être proposée d'emblée.



Résultats :
Concernant les résultats attendus par la technique de l'ICSI, le pourcentage de chances d'obtenir une grossesse est d'environ 27% par ponction, les grossesses aboutissant dans 8 cas sur 10 à une naissance (le taux de fausses couches spontanées étant d'environ 20%). Ces résultats sont en général comparables voire légèrement meilleurs que ceux observés en FIV sans ICSI.



Les risques :
Les risques inhérents à la fécondation in vitro avec ICSI sont tout d'abord les mêmes que ceux de la FIV classique, essentiellement liés à une hyperstimulation, à une grossesse multiple, ou à des complications de la ponction pouvant entraîner douleurs et infections. Pour ce qui concerne les enfants, on peut dire que les études menées sur des enfants nés grâce à cette technique ayant comparé l'état de santé des enfants à la naissance à celui d'enfants nés par FIV classique ou conçus spontanément montrent que la technique de l'ICSI n'entraîne pas, de façon significative, l'apparition de malformations chez ces enfants. Ainsi, l'étude effectuée par les BLEFCO (Biologistes des Laboratoires d'Etudes de la Fécondation et de la Conservation de l'Oeuf), montre un taux de 1.9% d'anomalies chez les enfants nés après FIV avec ICSI, alors que ce taux varie entre 1 et 2% pour des enfants conçus spontanément. En revanche on ne peut écarter le risque de transmission d'une stérilité d'origine génétique d'un père à son fils, puisque le fils héritera du capital génétique de son père.



http://www.mamanandco.fr/pma/icsi.php
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Assistance médicale à la procréation   Aujourd'hui à 14:37

Revenir en haut Aller en bas
 
Assistance médicale à la procréation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La procréation médicalement assistée
» La Procréation Médicale Assistée (PMA) au coeur d'une polémique
» reportage sur la procréation assistée
» un site de création mode enfant
» cherche médecin homéopathe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE FORUM VIOLET :: DEVENIR UNE MAMAN VIOLETTE :: Ma grossesse-
Sauter vers: